vendredi 18 juillet 2008

La France où la corporation est reine

Corporation, syndicat, parti, mafia, ordre, confrérie, lobby. On peut changer de termes, retourner les mots, tous ces groupements ont un seul et unique objectif défendre leur propre intérêt à coup de chantage, menace, manipulation, argent. Défendre ses intérêts n'est pas un mal en soi mais quand cela se fait au détriment de l'intérêt public, il y a problème. Et le problème est d'autant plus grave quand cet état de fait provoque une injustice tellement profonde qu'elle entraîne chez le groupe qui en est victime, une haine tenace et violente qui peut se transformer en acte irréversible.

Ce qui précède c'était juste pour parler de la décision du conseil supérieur de la magistrature: Pas de sanction demandée contre le procureur d'Outreau : Ce pauvre type Gérald Lesigne qui ne se sentait ni coupable et encore moins responsable de quoi que ce soit me répugne mais cette décisiion me révolte. Je pense aux victimes et j'imagine aujourd'hui leur colère, en apprenant ça.

7 commentaires:

romain blachier a dit…

mettre sur le même plan une organisation comme la CFDT par exemple (ou la CGT) qui discuter des conventions collectives avec les organisations patronales et la mafia, organisation qui tue, prostitue des filles ou vend de la drogue, c'est plus que discutable...

Tahar, coeur de lyon a dit…

quand on voit l'attitude du syndicat des patrons de la métallurgie et que la justice ne fait pas grand chose à son sujet alors que les sommes en jeu sont énormes laissent pantois. Je suis désolé mais tout comme le conseil de la magistrature ou l'ordre des médecins qui défendent bec et ongles leurs adhérents. Souvent les syndicats défendent leurs intérêts pas toujours dans l'intérêt du pays. Mais je n'ai jamais considéré que la cgt ou la cfdt étaient des mafias criminelles.
Je suis juste exaspéré par l'attitude de ces groupes de pressions. Le citoyen lambda lui n'a que ses larmes pour pleurer.
Et s'il y a un point commun entre toutes ses organisations, c'est l'argent le nerf de guerre du pouvoir.
Je tiens aussi à préciser qu'il y a souvent un décallage entre les syndiqués et les responsables syndicaux tout comme entre les adhérents d'un parti et les responsables des partis.
Par exemple prenons le cas du MoDem. Est il normal que les adhérents d'un parti ne soient pas informés de l'état des comptes.

Genev.Tabouis a dit…

Salut tahar
Les corps intermédiaires sont indispensables à une démocratie adulte, et mettre tous les groupes dans un corporatisme irresponsable n'est pas très raisonnable, même si ces dérives existent bel et bien.

Ceci dit, tu peux virer la pub débile de ton blog, c'est contre productif (sans doute ajoutée par un gadget de la marge ;-))

Spaulding a dit…

Tout à fait d'accord avec Tahar.

Tahar, coeur de lyon a dit…

Bonjour,

Avec tout le respect que l'on peut avoir ou porter encore ou pas aux syndicats-syndiqués, travailleurs, non-travailleurs, aux appareils de parti politique (à ne pas confondre aux appareils du Pouvoir, même si ceux ci ont besoin d'un grand ménage!), aux corporations quel qu'elles soient et leurs débats du chacun pour soi à l'indifférence de tous, il serait peut-être temps de parler et d'agir dans le contexte d'une véritable politique citoyenne démocratique. (la démocratie est par essence sociale et de gauche; ce ne sont pas les partis et leurs partisans de quel bord que se soit, droite, gauche, centre, qui sont le Pouvoir mais le peuple citoyen de la Cité!)

Nous voulons tous une évolution humaine au bonheur, à un mieux être, mieux vivre, par et pour tous.
Un rassemblement sans une concorde de tous, autour de ce point central et commun, serait une illusion de plus; une révolution de plus, celle d'un mobile tournant inlassablement sur lui même et se retrouvant obsessionellement au même point .

Si les rêves ont toujours aidés à l'évolution de l'homme, ce sont les chimères qui transforment sa vie en cauchemars et le font régresser.

De ce que nous savons, jusqu'à présent, un seul système a permis à des hommes de prendre leur quotidien en main dans l'intérêt général de tous, uniquement la démocratie originelle d'Athènes, et il y a 2500 ans, Avant d'être l'ouvrier, le boulanger, le précepteur ou autre, était citoyen et défendait les intérêts de tous comme les siens!

La démocratie à été usurpé à tous ses citoyens par la bourgeoisie qui a toujours entretenu des intérêts auprès de l'aristocratie et qui a réintroduite celle-ci à la prise du pouvoir actuel par le biais de l'économie et de la finance de leurs banques privées, qui vampirisent par leur prises d'intérêt imposés, tout notre service publique et sociale, nous ramenant petit à petit avant 1789.

Rien ne se fera de bon pour les peuples sans la mobilisation permanente des citoyens eux-mêmes : chaque citoyen athénien défendait personnellement la démocratie grecque, quotidiennement, les armes à la main s'il le fallait, contre les oligarques.
De ce point de vue, l'Internet est une chance inouïe pour l'humanité, et je remercie "l'initiative de tous ensemble" .
http://www.conseilnationaldelaresistance.fr/

Organiser une marche sur paris qui partirai de tous les coins de France convergeant par la concorde, point de chute l'Elysée, me semble une idée à, pourquoi pas, élaboré!
Constituer, comme s'y proposent certain(e)s, une liste de toutes les usines et fabriques en grève depuis l'élection de Sarkozy (et pourquoi pas avant lui ?) ; Oui, cela est du concret et fait avancer!

Il ne s'agit pas une fois de plus d'agir pour ensuite remettre la clef du Pouvoir à qui que se soit, mais d'un changement réelle de société, de son système et de ses fonctions qui permette efficacement aux citoyens de conserver la prérogative sur le pouvoir en installant un vrai contre pouvoir.

Alors oui, tous ensemble au même moment, mais surtout pas sans la fraternité, au delà de toutes différences partisanes divisionnistes!

À quoi bon la vie si c’est une vie en larmes et de divisions? On voit bien que ce droit à la vie, déjà souvent reconnu et protégé dans les institutions (qui se disent "démocratiquement modernes"!) actuelles, ne fait pas le poids devant un droit de propriété déchaîné.

Ce droit de propriété, rendu expressément prépondérant dans les institutions et écrasant dans les rapports humains, a ouvert la boîte de Pandore d’où s’est échappé la concentration du capital qui fait les monstres que sont les multinationales, "personnes" morales psychopathes qui nous alièneront ou tueront tous (même les plus riches !) si nous les laissons faire.

Ce qui compte absolument, le vrai principe "solaire" qui devrait surmonter tous les autres, celui dont la force affirmée et contrôlée règlerait tous les problèmes essentiels de la planète, cette règle de vie à mettre en première place parce qu’elle entraîne avec elle toutes les vertus, c’est le Respect.

Respect de l’autre comme une règle absolue et universelle, intemporelle et sans exception, car ce respect rend possible la précieuse ataraxie, absence de souffrances (ne pas confondre avec la douleur qui elle est physique), objectif de l’épicurisme ( ce n'est pas une maladie!).

Le respect comme règle de vie supérieure à toute autre semble donc capable d’entraîner bien d’autres vertus derrière elle. Mais en plus, on peut la placer en tête parce qu’elle semble ne faire courir aucun risque d’excès, ce qu’on ne peut pas dire de la propriété, de la liberté ou de l’égalité ( on peut-être à égalité barbare!).

Avec le respect comme valeur cardinale, pas de dérive oppressive ou dépressive possible.

Importance de l’ordre dans lequel on place nos valeurs, nos principes : de la même façon que l’égalité entraîne la liberté (et pas l’inverse !), le droit de propriété, comme la liberté, devrait céder le pas devant le respect.

Proposons de remplacer « Liberté, Égalité, Fraternité » par « Fraternité, Égalité, Liberté ».
Ça change tout.

On pourrait encore mieux dire : « Solidarité, Équité, Liberté »( S.E.L... de la vie !).

Et ne cédons plus par négligence le fonctionnement des règles du pouvoir sans avoir un véritable contre pouvoir.

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent évidemment
être déclarés inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.
http://etienne.chouard.free.fr/forum

À nous désormais d'enfourcher nos montures...
« Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue » V.HUGO.

Fraternellement libre de tous partis pris.

Naradamuni

le commentaire dont l'auteur est Naradamuni a été déplacé ici . il me semble que son auteur ait commis une erreur d'aiguillage. Bien entendu, j'en n'ai rien modifié par respect et honnêteté.

Tahar, coeur de lyon a dit…

Ma réponse aux commentaires.

Mon article s'est voulu ext^rem pour faire réagir. Bien sûr que les groupes d'influences, je l'ai bien bien écrit. Cependant j'ai nuancé en indiquant qu'ils se doivent d'agir dans l'intérêt général. Pour moi, ils sont necessaire pour canaliser les colères, défendre les intérêts individuels et de groupe mais dans l'intérêt général avec l'esprit de servir et non de se servir.
A plusieurs reprises j'ai fait la constatation que les citoyens avaient pris la fâcheuse habitude de ne faire une action que si elle leur procure un bénéfice de préférence mesurable.
J'ai connu des parents se faisaient élire dans les conseils d'école pour mieux favoriser leurs enfants ou des ouvriers qui se syndiquaient et devenaient délégué syndical en passant qu'ils avaient plus de chance de défendre leur job. alors quoi d'étonnant de retrouver cette attitude un peu partout et même pour ne pas dire surtout en politique avec comme exemple majeur Nicolas Sarkozy qui a compris très jeune la combine pour se servir dans la caisse publique et là ça ne fait pas rire du tout

naradamuni a dit…

Naradamuni a dit :

Merci Tahar mais je comptait bien qu'il apparaisse ici et ailleurs (hi! hi!)

Je vous remercie pour votre note en bas du commentaire et de votre honnêteté.

Avec tout mon respect.

Respect de l’autre comme une règle absolue et universelle, intemporelle et sans exception, car le respect rend possible la précieuse ataraxie, absence de souffrances (ne pas confondre avec la douleur qui elle est physique), objectif de l’épicurisme ( ce n'est pas une maladie!).

Le respect comme règle de vie supérieure à toute autre semble donc capable d’entraîner bien d’autres vertus derrière elle. Mais en plus, on peut la placer en tête parce qu’elle semble ne faire courir aucun risque d’excès, ce qu’on ne peut pas dire de la propriété, de la liberté ou de l’égalité ( on peut-être à égalité barbare!).

Avec le respect comme valeur cardinale, pas de dérive oppressive ou dépressive possible.

Importance de l’ordre dans lequel on place nos valeurs, nos principes : de la même façon que l’égalité entraîne la liberté (et pas l’inverse !), le droit de propriété,comme la liberté, devrait céder le pas devant le respect.

Proposons de remplacer « Liberté, Égalité, Fraternité » par « Fraternité, Égalité, Liberté ».
Ça change tout.

On pourrait encore mieux dire : « Solidarité, Équité, Liberté »( S.E.L... de la vie !).
http://etienne.chouard.free.fr/forum/

Naradamuni