lundi 13 octobre 2008

C'est quoi un arabe, maman ?

Je ne pensais pas me reposer cette question 42 ans après me l'être posé la première fois .
C'était en 1966, j'étais à l'école maternelle Berthelot de Villeurbanne. Je pensais ressembler à n'importe quel gamin de 5 ans. je parlais français. Je n'avais pas les cheveux frisés, ma peau était blanche, rien qui me distinguait de mes camarades de classe.
Et pourtant ce jour là, s'est produit un évènement qui est ancré dans ma tête pour le restant de mes jours.
J'étais à l'étage dans la grande salle , voyant un groupe d'enfants jouer au ballon, je leur demandai si je peux jouer avec eux. L'un d'eux me répondit sèchement : NON.
Je lui demandai pourquoi et la réponse fusa comme un coup de poing en pleine gueule. "on ne joue pas avec les arabes".
Une 'maitresse' réagissa aux propos et confisqua le ballon. Le hic, c'est que ça ne résolvait pas mon problème.
'arabe' mais qu'est ce que ça veut dire ce mot. A 5 ans, ce mot ne faisait malheureusement pas parti de mon vocabulaire. J'avais beau essayé de comprendre, je ne trouvais pas.
Dans ma tête j'énumérais de possibles synonymes.
-sale j'étais toujours propre sur moi . Les séances de bain étaient une vrai torture et les vêtements toujours impécables sous la blouse de rigueur.
-méchant, j'étais sage comme une image
-vulgaire, pas une injure ne sortait de ma bouche

Et c'est ainsi sans avoir trouvé la solution que je décidai de poser la fameuse question à ma mère.

Je lui dis : ' c'est quoi un arabe'

Et en guise de réponse, elle me répondit : Hé bien, toi !
J'étais bien avancé. D'un coup ce jour là, j'étais passé de petit enfant à arabe. Je ne sais pas s'il fallait en tirer une fierté mais à compter de ce jour, j'étais fier de porter cette identité d'Arabe et je décidai même que tous les enfants qui habitaient avec moi étaient comme moi des arabes.
De plus je n'étais pas loin de la vérité. Habitant le fameux quartier de la rue Olivier de Serres alias 'Chicago', la probalité de rencontrer un arabe était de 98 %. Les 2 ¨, s'étaient les français de souche pieds noirs qui étaient en attente de quitter le quartier.

Cette parenthèse qui me fait plonger 42 ans en arrière est nécessaire pour comprendre pourquoi j'ai été choqué par ce qui s'est passé lors d'un meeting de Mc Cain.
Je pensais vraiment naïvement et grâce à internet aux médias qui bavent quotidiennement sur les 'arabes' que tout le monde savait ce que c'était un arabe. Hé bien non, il va falloir encore expliquer.

Les faits: Lakeville, dans le Minnesotta (USA) vendredi 10 octobre 2008 au cours d'un meeting de Mccain. Une femme intervient parmi les spectateurs et dit:" qu'elle ne faisait pas confiance à Obama. "J'ai lu des choses sur lui. C'est un Arabe", a-t-elle dit en se faisant l'écho de bruits qui courent sur internet. C'iest ainsi que cette vieille histoire est remontée à la surface.
La campagne avait à plusieurs reprises dérapées. Même Hillary Clinton ne se distingua par son intélligence en montrant Obama en tenue traditionnelle somalienne.
Mais ce qui me choqua ce ne fut pas l'intervention de la femme qui à force de bouffer du mac do finit par ne plus être capable de distinguer le vrai du faux.
Non, ce qui me choqua, c'est la réponse McCain.
Secouant la tête en signe de désaccord, McCain lui a coupé la parole et repris le micro: "Non madame. C'est un père de famille décent,
McCain n'a pas dit qu'il n'était pas arabe. Il a juste dit que c'est un père
de famille décent.
Alors deux choses l'une ou il considère qu' Obama est arabe mais qu'il est décent.
Cela suppose qu'il est un peu l'exception 'qui confirme la règle'
ou bien, il considère qu'arabe c'est mal, mauvais alors que d'après McCain Obama étant décent, il ne peut pas être arabe.

A moins que dans la tête d'un américain moyen, arabe = musulman et musulman =arabe.
C'est ce qui se passe à la Réunion où on appelle les français de métropole : les z'oreilles et les musulmans : les z'arabes.
Mais aux Usa, les arabes sont à une écrasante majorité chrétiens comme le précise cet article .
Le problème, c'est que les préjugés ont la vie dure et même en France Fillon avait même dérapé
Pour compléter votre lecture un coup de clic ici et surtout celui ci.
ps: Avec l'âge, j'ai mûri , mes yeux se sont ouverts au delà de l'horizon de mon quartier, puis de ma ville et j'ai découvert que j'étais aussi citoyen du monde. si je ne sais toujours pas ce que c'est qu'un arabe au moins , je sais ce qu'est le village monde.

3 commentaires:

FrédéricLN a dit…

Effectivement cet échange est frappant !

Avec un a priori positif, on peut supposer que M. McCain a deviné à quel genre de mails qui circulent, sa supportrice pouvait faire allusion, mails qui effectivement remettraient en cause sa qualité de "père de famille décent". On peut même supposer que répondre "Non Madame, il n'est pas Arabe", ça aurait été admettre que l'arabité peut être une raison valable de rejeter un candidat.

Bon mais… la gêne reste.

Allons, une conclusion optimiste : au moins, aux États-Unis, il y a un candidat qui se "fait traiter d'arabe". Par rapport à notre situation actuelle, ce sera peut-être un progrès quand la France en sera au même point ?

bibifa a dit…

Très bien expliqué cette ambiguité qui peut sinstaller dans la tête d'un enfant, cette découverte qu'on n'est quelque chose d'autre, pour les autres, que ce qu'on pense être...Tu penses que tu n'est pas un écrivain mais tu es un superbe conteur!
Pour moi l'aventure, la découverte a été la même mais concernant ma nationalité. Sensiblement au même âge que moi, j'ai vu ma nationalité remise en cause par d'autres enfants, par une froide fin de journée ou je me suis retrouvée rouée de coup et abandonnée dans un fossé, après un tonitruant "Retourne dans ton pays, sale arabe"...Un comble pour moi qui me prenait une baffe par mes parents , chaque fois que j'affirmais qu'étant née au Maroc, j'étais marocaine!Chaque fois j'avais droit, après la baffe, au sermon: "tu es française, parce que tes parents, tes grands parents, toute la sainte famille jusqu'à Charlemagne, sont français!" Ca me posait un léger problème de logique ce sermon! Alors quand les gamines m'ont renvoyé brutalement "dans mon pays",Ben finalement, elle rejoignait ma logique, binaire, inculte, simplette. Comme toi, une fois le choc physique passé, j'ai décidé de laisser tomber toutes ces histoires de nationalité,de race et de religion, de ne voir que les gens tels qu'ils sont et tels qu'ils agissent!De ne chercher en eux que l'Etre et pas le paraîte...et de combattre l'ignorance qui est la source de toutes les violences!

Tahar, coeur de lyon a dit…

@ fredericln:
Le problème c'est que pour McCain être arabe ou musulman, ' je suis persuadé que l'américain confond tout' c'est négatif, c'est pour cette raison qu'il oppose à cette dame : 'il est décent'. Je ne savais pas décent était le contraire d'arabe, j'en apprends tous les jours.

@bibifa:
Tu as parfaitement compris la problématique. ça me rappelle encore cette histoire au ce1, la maitresse demande à la classe qui est d'origine étrangère: je ne savais pas quoi répondre. Je ne connaissais pas le mot 'étranger', il ne faisait pas parti de mon vocabulaire.
Je commençais vraiment à desespérer de la connerie humaine, jusqu'au jour où j'avais appris qu'on pouvait se déclarer : citoyen du monde: c'était en 1989: 200 ans après la révolution française.