vendredi 3 décembre 2010

La liberté d'expression et d'information ne se négocient pas

Aujourd'hui, nous entrons en résistance sur le NET.Eric Besson veut interdire Wikileaks sous prétexte que ce site divulgue des informations qui dérangent. nous voyons clairement les limites de cette pseudo démocratie. Il est de notre devoir de ne pas nous laisser intimider. Wikileaks n'est qu'un prétexte. Tous ceux qui chercheront à nuire aux intérêts supérieurs de ces "fachos" qui sont ceux qui se réclament  de la liberté d'expression quand ça concerne leurs ennemis mais qui s'autorisent d'étouffer toute contestation dès que ça les concerne ne seront donc plus à l'abri de représailles. S'il faut devenir hos la loi pour dire la vérité, he bien je revendiquerais haut et fort cette nouvelle attitude.
Oser dire que Wikikeaks met en danger le secret diplomatique, cela suppose donc que wikileaks dit vrai. Si Wikileaks est capable d'avoir ces secrets alors n'importe qui peut les avoir. Ce n'est pas Wikileaks qu'i faut incriminr mais ceux qui les divulguent. C'est aussi la preuve que la diplomatie mondiale est pourrie. Hé bien si les réseaux français se décident à empêcher l'hébergement du site et à se comporter comme dans les pires dicatures, nous trouverons toujours une parade. Rien ne nous empêchera de nous informer. L'attitude de Besson me dérange et dire qu'il est un produit labellisé parti socialiste, ça promet. On nous donne des leçons de liberté d'expression notamment quand il s'agit d'insulter l'Islam,   religion partagée par des centaines de millions de personnes et là , Monsieur Besson s'offusque parceque des diplomates qui ont dit des conneries sont mis en danger. Je rêve. Et si c'était des journalistes qui diffusaient ce genre d'infos, on les attaquerait pour diffamation. La racaille en col blanc se protège bien sauf que dans le monde de l'internet, le virtuel est roi et les planques peuvent changer toutes les minutes.

video

Aucun commentaire: