lundi 7 novembre 2016

Irresponsabilité du musée de Saint-Romain-en-Gal ?



Incroyable mais vrai

musée de Saint Romain en Gal
C’est en lisant le progrès du 06/11/2016 que j’ai découvert stupéfait qu’il était possible d’entrer dans un musée et de récupérer sans aucune difficulté une pièce historique du patrimoine national.
Cet événement qui s’est produit en Août dernier au sein de l’atelier de restauration du musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal a concerné une œuvre de 1m20 de côté représentant tout en mosaïque polychrome BACCHUS. Cette dernière a été découverte en 2009 par une équipe d’archéologues bénévoles de l’université Lyon 2 encadrée par le professeur Matthieu Poux  qui avait lancé des fouilles à Saint Laurent d’Agny, au lieu dit Goiffieux où se trouvait une villa  gallo-romaine datant de 30 à 40 ans avant JC.
lieu des fouilles Saint Laurent d'Agny
L’œuvre splendide très bien conservée était emprisonnée durant des siècles dans un amalgame de terre et de pierres sans avoir souffet ni du temps, ni des labours.
Elle fut confiée quelques jours plus tard, le 16/07/2009 à l’atelier de restauration du musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal


D’après Frédérik Letterlé, conservateur régional de l’archéologie, " Tout objet immobilier découvert lors de fouilles devient propriété communale"


Voici une description de cette oeuvre qui fut gracieusement remise par la direction du Musée et de manière totalement illégale,  à la propriétaire du terrain où la mosaïque fut trouvée par une équipe mandatée par la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) qui a bien respecté tout le protocole nécessaire pour entreprendre les fouilles ( dont l'autorisation des propriétaires).


Parmi les découvertes figure une mosaïque ornée de motifs en couleur d'une extrême finesse.



Au centre figure un buste du dieu DIONYSOS/BACCHUS, dieu du vin (ou du dieu PAN ?) encadré aux quatre coins par des bacchantes sous la forme de masques de tragédie et de comédie (Silènes).

Son style particulier, inédit dans la région, s'explique sans doute par la précocité de la mosaïque.elle constitue l’un des tout premiers témoignages de l’utilisation de la couleur par les mosaïstes en Gaule romaine au début du 1ier siècle de notre ère.
La mise en place du sol en mortier est datée par le dépôt dans le mortier qui le constitue, d'une monnaie du type "à l'autel de Lyon" émise à la fin du règne d'Auguste (10-14 après JC).


(musée saint-romain-en-gal)


Le plus choquant dans cette affaire, c'est la manière plus que légère avec laquelle le dossier est traité. 
Entre un maire  de Saint Laurent d'Agny, Fabien Breuzin qui semblait tout ignorer de cette histoire et qui le 27 septembre a, lors d'un conseil municipal, fait voter une résolution afin que l'oeuvre devienne propriété communale. Décision ridicule, elle est déjà selon les textes de loi considérée comme propriété communale si on se réfère aux propos de Monsieur Frédérik Letterlé, conservateur régional de l’archéologie.

Ce qui est doublement choquant est qu'il faille passer par les tribunaux pour récupérer un objet dont la propriété ne fait aucun doute et qu'il semble qu'aucune sanction n'ait été prise à l'encontre de la direction du musée Gallo-Romain de Saint-Romain-en-Gal. 


Après cette affaire, difficile de faire confiance à nos musées et je suis d'autant plus inquiet qu'l est fort possible qu'il y ait eu d'autres histoires du même genre étant donné que tout le monde se soit donné le mot pour étouffer au maximum cet imbroglio judiciaire qui nuit à l'image de nos musées.


video


Article qui évoque la découverte par l'équipe de l'archéologue Matthieu  Poux

https://fr.wikipedia.org/wiki/Villa_de_Saint-Laurent-d%27Agny
http://www.saint-laurent-dagny.fr/patrimoine-tourisme/fouilles-de-goiffieux.html

http://verdamilio.net/tonio/spip.php?article1420
https://www.youtube.com/watch?v=nJhXHHsQnOk
https://fr.wikipedia.org/wiki/Matthieu_Poux

file:///C:/Users/locat_pc/Downloads/Une%20villa%20viticole%20%C3%A0%C2%A0%20St-Laurent%20d%C2%B4Agny%20(conf%C3%A9rence)%20(1).pdf

Bizarement quand on se lance sur une recherche rapide sous google, on ne trouve pas un mot sur cet affaire à part cet article du 04/11/2016 insignifiant http://www.leprogres.fr/rhone/2016/11/04/l-escalier-geant-en-travaux-en-janvier

(Parole de démocrate)


en insistant, on retrouve trace de l'article du progrès dont voici un lien http://www.leprogres.fr/rhone/2016/11/06/ou-est-passee-la-mosaique-gallo-romaine-de-bacchus




Quelques liens complémentaires http://www.lyon.fr/lieu/culture/musee-gallo-romain-de-saint-romain-en-gal-vienne.html

http://www.leprogres.fr/rhone/2016/10/08/la-mosaique-de-goiffieux-devient-propriete-de-la-commune
http://www.leprogres.fr/rhone/2016/10/18/droit-de-reponse

Site Goffiac de l'Université Lyon 2ème - Téléchargez le rapport 2011 da la Campagne de fouilleshttp://luern.fr/Gofiac/Accueil.htm



1 commentaire:

Anonyme a dit…

J'imagine d'avance ce que fut le choc pour l'archéologue Matthieu Poux. Cette histoire est choquante. A l'étranger, on va nous prendre pour des guignols.