dimanche 30 mai 2021

Amar Imache, héros de l'ombre


 « Bonsoir à vous Les Oubliées de notre Histoire AMAR IMACHE : Un des pères fondateur du nationalisme Algériens et de l’Etoile du Nord-Africain. Vers l'âge de 8 ou 9 ans, il entre à l'école primaire de Taguemount-Oukerrouche, village de ses grands-parents maternels, distant de 2 km environ d'Ait-Mesbah . Il émigre en France au milieu de la Première Guerre mondiale. Il y travailla dans diverses usines et entreprises : Manufacture française des pneumatiques Michelin de Clermont-Ferrand, du 30 avril au 17 novembre 1917, puis dans l'Établissement des Constructions et Armes Navales en Charente, du 6 décembre 1917 au 23 juillet 1918. En 1920, il descend dans les mines de charbon du Pas-de-Calais où il fut affecté comme mineur de fond, du 7 avril 1920 au 4 avril 1922. En 1924, il est à Paris où travaillent la majorité des ouvriers nord-africains. Ils créent un syndicat dénommé « Le Congrès des ouvriers nord-africains de la région parisienne » pour défendre les droits des Algériens, Marocains et Tunisiens. En mars 1926, ce syndicat deviendra un parti politique : l'Étoile nord-africaine qui prône la lutte pour le progrès social. Parmi les huit fondateurs : Imache, Belkacem Radjef, Si Djilani, Ahmed Yahiaoui, Rabah Moussaoui et ils élisent (Messali Hadj) à la présidence du Parti. Lors de l'assemblée générale du 28 mai 1933, Amar Imache est élu secrétaire général de l'ENA et rédacteur en chef du journal El Ouma, organe du parti, Radjef Belkacem trésorier et Si Djilani directeur du journal. Parallèlement à ses activités politiques, Amar Imache travaillait dans une usine de savons et parfums Roger & Gallet comme ouvrier spécialisé, de juin 1926 jusque vers la fin de l'année 1934. Il ne cesse de manifester dans sa démarche politique. Convaincu que ces institutions peuvent donner à l'Algérie indépendante. En novembre 1934, l'Étoile est de nouveau dissoute et ses principaux dirigeants arrêtés. Amar Imache est condamné le 5 novembre 1934 à 6 mois de prison et 2000 francs d'amende. Libéré en mai 1935, il reprend sa place au sein de l'Étoile. Il dénonce le projet Blum-Violette de 1936 selon lequel, pour libérer l'Algérie, il faut d'abord la rattacher à la France et pour être citoyen algérien, il faut d'abord être citoyen français assimilé. Il dénonce cette nouvelle entreprise de division, visant cette fois à séparer le peuple algérien de son élite. Au moment où Messali vit en exil à Genève auprès de Chekib Arslan (décembre 1935 - juin 1936), c'est Imache avec Yahiaoui, Nouira et Radjef qui dirigent l'Étoile. Au retour de Messali, une première divergence va opposer les deux hommes au cours de l'été 1936. Le conflit latent Imache-Messali qui éclate au sein du comité directeur, Il créer le 11 mars 1937, un nouveau parti : le Parti du peuple algérien (PPA). Son programme qui stipule que le PPA travaillera pour l'émancipation totale de l'Algérie sans pour cela se séparer de la France et que l'Algérie émancipée sera l'amie et l'alliée de la France, consomme la rupture entre Imache et Messali. Imache dénonce le nouveau programme en retrait par rapport à celui de l'Étoile qui revendique l'indépendance nationale. Au début des années 1940, Amar Imache est déporté en Allemagne comme prisonnier politique. En 1946, il rédige la brochure l'Heure de l'Elite dans laquelle il dénonce les évènements du 8 mai 1945 ainsi que l'attitude des intellectuels algériens (les "zélus") qui ont accepté de siéger au Palais-Bourbon. Les conditions de vie du peuple algérien (épidémie de typhus, manque de nourriture, de soins...) y sont relatées. Après quelques années de détention dans des camps de concentration, avant de rentrer définitivement en Algérie, En février 1947, Amar Imache rédige une lettre d'adieu à ses compatriotes et rentre définitivement en Algérie. Cette lettre intitulée : Lettre d'adieu aux Algériens résidant en France est un appel à l'union, à la fraternité. En 1948, Amar Imache s'est marié tardivement dans son village natal. Il rejoint durant la même année l'Union démocratique du manifeste algérien (UDMA) de Ferhat Abbas jusqu'en 1951. À la même période, pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, il occupe le poste de magasinier dans la société d'import-export Le Comptoir nord-africain Amal à Alger. Son état de santé s'étant dégradé, son médecin traitant le déclare inapte au travail avec un taux de 100 % d'incapacité permanente partielle. Il rentre dans son village natal à la veille du déclenchement de la révolution armée, où il continue néanmoins à prodiguer ses conseils aux responsables de l'ALN qui le sollicitaient. Il s’éteint le 7 février 1960, pendant le blocus alimentaire imposé par l'armée française à la population du village pour la contraindre à se rallier, laissant cinq enfants en bas âge. Merci »


https://fr.wikipedia.org/wiki/Amar_Imache


https://www.express-dz.com/2020/02/22/entretien-avec-chabane-imache-mon-pere-amar-imache-etait-un-grand-visionnaire-qui-avait-une-vue-large-et-lointaine/

dimanche 2 mai 2021

SEMAINE RÉGIONALE DES MÉMOIRES DE LA TRAITE, DE L'ESCLAVAGE ET DE LEURS ABOLITIONS

 




Semaine régionale des mémoires de la traite de l'esclavage et de leurs abolitions: lien




Le 10 mai est la journée de commémoration nationale des mémoires de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions. La Loi n° 2001-434 dite loi Christiane Taubira reconnait la traite et l’esclavage comme un crime contre l’humanité.
La semaine régionale des mémoires de la traite de l'esclavage et leurs abolitions se déroulera du 7 au 11 mai 2021 dans la Métropole de Lyon. Elle est organisée par le collectif Africa Cinquante et les associations Jeunesse Art Culture Sport et Mémoire , Synergie Outre-Mer et Crefom
Une émission table ronde sera enregistrée le 7 mai 2021 à Ville de Villeurbanne à laquelle participeront diverses personnalités qui travaillent sur ces sujets.

vendredi 30 avril 2021

Nadia Samir , Il y a 10 ans

 Nadia Samir, nous a quitté le  lundi 2 mai 2011, il y a 10 ans. C'est avec beaucoup d'émotion que je rappelle ce triste moment. Nadia a fait partie de ma famille à travers le petit écran et a fait rêver de nombreuses jeunes filles qui a travers elle, rêvaient d'être speakrine ou actrice.  Nous ne l'oublions pas .






Credit: Gamma-Rapho via Getty Images/Nacerdine ZEBAR




C'est à partir de 1984 que Nadia Samir commence à officier comme speakerine à TF1. D'abord remplaçante pour l'été, son sourire et sa douceur conquièrent le coeur des téléspectateurs, et c'est ainsi que cette Franco-algérienne demeure en poste sur La Une jusqu'en 1990. Elle est la première présentatrice d'origine maghrébine : ce statut lui vaudra de devenir la marraine de l'association Les Marianne de la diversité dès sa création. Dans les années 90, elle poursuivra sa carrière d'actrice, dont le début remonte aux années 70. Hélas ! sa disparition prématurée, en mai 2011, laisse orphelin tous les nostalgiques d'une époque où les speakerines apportaient un peu de chaleur dans la petite lucarne.

L'article suivant est extrait du Télé Poche n° 986, de janvier 1985.
tiré de "http://greniertv.over-blog.com/article-nadia-samir-106978006.html"




mardi 13 avril 2021

Mobilisation internationale contre la covid19

#ZeroCovid #zerocoviddayofaction
Mobilisation internationale ce weekend pour la mise en oeuvre d'une stratégie Zéro Covid Solidaire dans tous les pays. Texte collectif, vidéo à plusieurs voix, sans sous-titrage. Lien avec la tribune et la pétition à signer dans ce statut.
_______________
Contre le virus et son monde, nous appelons à nous mobiliser pour une stratégie zéro covid solidaire pour sortir de cette crise.
La stratégie zéro covid solidaire :
C’est refuser l’inacceptable !
C’est refuser le darwinisme social qui sacrifie les personnes les plus fragiles !
C’est refuser les centaines morts par jour.
C’est refuser la souffrance générée par les centaines d'entrées quotidiennes en réanimation.
C'est refuser les centaines de milliers de covid long !
C’est refuser la déprogrammation d'opérations, les dépistages tardifs de cancers.
C’ est refuser cette politique d’austérité sur la santé.
Nos vies passent avant leurs profits !
C'est refuser cette vie sous cloche sans réelle vie sociale et culturelle.
C'est refuser pour nous et nos enfants les conséquences sociales, économiques et psychologiques du "vivre avec le virus".
La Stratégie Zéro covid Solidaire c'est se donner des perspectives !
Mobilisions-nous pour une stratégie « zéro covid solidaire pour sortir efficacement et rapidement de la crise sanitaire et de ses lourdes répercussions.
Rassemblons-nous pour un retour rapide à une vie digne de ce nom !
Rassemblons-nous ici, en Europe et dans le monde !
Reprenons nos vies en mains et construisons un monde solidaire, pour ne plus vivre ça, plus jamais ça !
Lien vers la tribune et la pétition sur change.org : https://blogs.mediapart.fr/.../regagnons-nos-libertes-par...
https://www.change.org/.../la-population-regagnons-nos...?

samedi 3 avril 2021

Africain et soldat du Reïch



Quand l'ennemi d'un ennemi devient un ami, on tombe sur des liaisons surprenantes terrifiantes. Cela vaut pour tout, même en politique.
Des africains chez les aryens



A la fin du 19ème siècle, l'Allemagne établit des colonies en Afrique : dans l'Ouest dans l'actuelle Namibie, au Togo, au Cameroun, en Tanzanie puis au Rwanda et au Burundi.

Plus tard, avant et après la Grande Guerre, des africains rejoignent l'Allemagne en tant qu'étudiants, artisans, anciens soldats ou petits fonctionnaires coloniaux. Des métis, fruits de l'union d'allemandes et de locaux, font également partie de ce mouvement migratoire. Ainsi en 1914, environ 1 800 noirs et métis vivent à Berlin. Néanmoins, ils sont opprimés en 1935 par les lois racistes édictées à Nuremberg : leur passeport et divers droits leur sont notamment refusés. Cependant ils peuvent continuer à vivre relativement normalement s'ils restent discrets, contrairement aux juifs. Puis en 1937, le pouvoir nazi promulgue une loi ordonnant la stérilisation forcée des métis du pays.

Lorsque l'Allemagne entre en guerre en 1939, des afro-allemands prennent les armes aux côtés du IIIe Reich. Dans son ouvrage « Sombres bourreaux », Serge Bilé revient sur certains rôles qu'ils y ont joué. L'auteur cite l'exemple de deux Réunionnais qui torturaient pour la Gestapo à Bordeaux, ou de Ewan Ngando, qui réussit à se faire enrôler dans la Wehrmacht en 1940. On peut aussi citer la Légion Arabe Libre, unité allemande nazie formée en 1941 avec des volontaires arabes du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Des antillais se battront aussi pour Hitler, au sein de la Légion des Volontaires Français (LVF).

afro-allemand-ww2-wechmacht
Soldat afro-allemand, membre de la légion arabe libre, en septembre 1943.
(archives fédérales allemandes)