samedi 17 mars 2012

Mini blocus à l'école Paul Langevin de Vaulx en velin

C'est par désespoir de cause que les délégués de parents d'élèves avec le soutien du corps enseignant avaient organisé le blocage de l'école pendant 1 heure. Les élèves étaient consignés avec les enseignants dans la cour de récréation profitant du beau soleil matinal. A l'extérieur, des échanges nourris eurent lieu entre enseignants, parents d'élèves et 2 journalistes du progrès et du journal local vaulx journal. Il n'y avait pas d'électricité dans l'air. Le service café était même prévu. Puis vint l'adjointe à l'éducation. bizarrement le teps des échanges, le directeur de l'école apprit qu'un poste était débloqué pour Lundi et que vendredi un remplaçant sera assuré.
Tout est bien qui finit bien. Les écoliers ont bien apprécié ce moment citoyen avec 1 h de détente supplémentaire.

jeudi 15 mars 2012

Et si c'était un meurtre

De nombreux médias marocains comme étrangers ont repris un fait divers malheureux qui s'est déroulé dans une petite localité marocaine Larache. Pour résumer, il s'agissait du suicide d'une jeune fille de 16 ans Amina el filali après avoir été violée et mariée de force à son violeur  du nom de Mustapha et de dix ans son aîné afin que la famille échappe au déshonneur et que le violeur quant à lui évite une condamnation en justice.
Cette triste histoire est résumée dans cette dépêche de l'AFP:Une jeune Marocaine âgée de 16 ans s'est suicidée après avoir été contrainte à épouser son violeur pour que celui-ci échappe à la prison grâce à une interprétation du code pénal du Maroc, a déclaré mercredi à l'AFP une ONG marocaine.Avec des détails dans ces articles ici et et ce dernier ci .


Cette affaire a provoqué un grand émoi au Maroc comme si le cas était nouveau et a été repris en force par de nombreuses organisations féministes au Maroc et ailleurs pour dénoncer un article de loi particulier qui permet à un violeur d'échapper à la justice en épousant la femme violée. Sans remettre l'absurdité de la loi qui a pour motif de sauver la face aux familles, j'ai été étonné qu'aucun média ne mette en doute le fait lui même, c'est à dire le suicide. 

J'ai été étonné que la majorité des articles ne nome pas le violeur et ne lui donnent pas d'âge. ça crée un doute, on peut imaginer une histoire d'un vieillard ou de tout autre chose. là on est en présence d'un cas très fréquent rapport entre une ado de 15 ans et d'un jeune de 26 ans. A savoir s'il y a eu réellement viol ou relation amoureuse. Il faut savoir que les relations sexuelles hors mariage sont mal perçues et sont assimilées à un viol surtout quand elles concernent un majeur avec une mineure.
En France une relation entre un majeur et une mineure est un acte de pédophilie mais si c'est entre 2 mineures, ce n'est plus le cas. Et en France, les filles mineures qui avortent ou qui accouchent se comptent en milliers.

Rien n'est clair dans cette histoire et encore moins la mort de cette jeune fille.
En apprenant la nouvelle, je suis resté surpris. Y a t-il eu enquête, pris de témoignages, d'empreintes, autopsie.
Je me pose ces questions parce que se suicider avec de la mort aux rats pour une jeune fille, ça me surprend et aussi parce que ceux qui ont le plus intérêt à la voir morte, c'est la famille de la fille qui quelque soit la situation est déshonorée et que la mort de la jeune fille permet d'effacer ce déshonneur. La belle famille peut aussi être à l'origine du meurtre. Rien n'est clair.

Je pense qu'il faille enquêter pas pour oublier cette loi scélérate mais pour le respect de la vérité et pour le respect de cette jeune fille  Amina Al Filali 


liens supplémentaires liées à l'affaire: lien_1  ",  lien2
Source: Nachra Press,

Extraits des propos de Mme Salima Faraji, député et coordonnatrice du PAM dans l'Oriental:

«La député Salima Faraj a surpris les membres de la commission parlementaire ''Justice et législation'' quand elle a qualifié le suicide d'Amina Al Filali de fait ''tout à fait ordinaire'' et qui ne mérite pas tout le tapage médiatique qu'il a soulevé. Elle a aussi estimé que le juge lié à l'affaire avait appliqué la loi dans les règles de l'art. Pour elle, la société civile est analphabète en matière juridique.»"
 Pour essayer d'éclaircir le dossier voici un excellent article de la revue actuel :http://www.actuel.ma/Dossier/Qui_a_tue_Amina_/961.html












Article 475 au centre de la contestation: 
Article 475 du Dahir n° 1-59-413 (28 joumada Il 1382) portant approbation du texte du Code pénal (B.O. 5 juin 1963)
(modifié, art. 1er de la loi n° 24-03 promulguée par le dahir n° 1-03 -207 du 11 novembre 2003 - 16 ramadan 1424 ; B.O. du 15 janvier 2004)
Quiconque,sans violences, menaces ou fraudes, enlève ou détourne, ou tente d'enlever ou de détourner, un mineur de moins de dix-huit ans, est puni de l'emprisonnement d'un à cinq ans et d'une amende de 120 à 500 dirhams.
Lorsqu'une mineure nubile ainsi enlevée ou détournée a épousé son ravisseur, celui-ci ne peut être poursuivi que sur la plainte des personnes ayant qualité pour demander l'annulation du mariage et ne peut être condamné qu'après que cette annulation du mariage a été prononcée.
 

mardi 13 mars 2012

Il y a 1 an déjà, la révolution

video

Des poupées russes contre Poutine

Ce ne sont pas les poupées des images d'Epinal touts en bois à la mode soviétique. Là, il s'agissait de véritables poupées bien en chair  et toutes belles du mouvement FEMEN qui étaient venues protester contre Poutine comme à leur habitude  

http://www.7sur7.be/7s7/fr/9105/Monde/photoalbum/detail/1403575/1101196/5/Seins-nus-contre-Poutine.dhtml

Mouhzin, Moudhik : triste, amusant.

«Mouhzin, moudhik», c’est ainsi que l’on qualifie la situation à Homs et en Syrie: amusant et triste.
En Syrie, les blagues sont un passe-temps comme un autre, une tradition sans cesse renouvelée par l’actualité et le quotidien des Syriens. La dictature terrible des Assad fut l’occasion malheureuse pour les Syriens, toujours prompts à de nouvelles "noukta", de soulager leur malheur en racontant des blagues sur le régime qui les opprime, trouvant ainsi dans l’humour un exutoire efficace pour garder un peu de dignité. La révolution syrienne a été et continue d’être une source d’inspiration riche et incroyable, forçant le respect des millions d’arabes qui les entendent, et qui se demandent: comment, dans leur malheur, peuvent-ils avoir le cœur à rire? Il se trouve que Homs a une place particulière en Syrie vis-à-vis de l’humour, et ceci à double titre: les Homsiotes sont aussi bien connus pour la finesse de leurs blagues que pour être le sujet des blagues des Syriens.
L’humour est vu et utilisé comme une arme efficace pour garder haut le moral des révolutionnaires dans une bataille qui dure. Tout doit être traduit en blague. Lors d’une manifestation à Homs et constatant l’absence des forces assadiennes qui ont l’habitude de ne jamais tarder pour tirer sur la foule, l’un des manifestants appelle au téléphone les forces du désordre pour s’assurer que tout va bien! Les Homsiotes usent également de l’humour pour gagner la bataille psychologique contre le régime assassin des Assad: dans leurs chants, ils disent qu’il est agréable pour eux de dormir sur le bruit des coups de feu, des berceuses qui manqueront après la chute du régime! C’est également un moyen de dénoncer le soulèvement plus que timide de la grande ville d’Alep, on raconte à ce propos: «Quand la ville de Deera s’est soulevée, les Syriens de Hama sont descendus et ont crié: Ô Deera, Hama est avec toi jusqu’à la mort! Et quand la ville de Hama s’est soulevée, les Syriens de Homs sont descendus et ont crié: Ô Hama, Homs est avec toi jusqu’à la mort! Et donc, lorsque la ville de Homs s’est soulevée, les Syriens de Alep sont descendus et ont crié: Ô Homs, Hama est avec toi jusqu’à la mort!!!»
L’humour se fait noir à Homs
Mais le sujet même des blagues des révolutionnaires n’est qu’un rappel supplémentaire de la catastrophe qu’ils vivent. «Mouhzin, moudhik», c’est ainsi que l’on qualifie la situation à Homs et en Syrie: amusant et triste. Et depuis la reprise du quartier de Baba Amr par les gangs de Bachar, après des semaines de bombardements intensifs sur la plupart des quartiers de Homs, l’heure est plus à la tristesse. On ne rit plus beaucoup à Homs. C’est plutôt la colère qui gagne les coeurs: bientôt un an de manifestations, un an où on a montré notre courage et notre volonté de conquérir notre liberté, un an où il a fallu, chaque jour, défier les balles du régime criminel, secourir les blessés, compter les morts, les enterrer en organisant des funérailles qui sont une nouvelle occasion pour le régime de nous tuer. Un an où le régime nous coupe eau, électricité et moyens de communications quand il l’entend. Et qu’a fait le monde? Un sentiment de dégoût face à un silence désormais complice: Où est l’Humanité? Où est le monde? Où est la communauté internationale? Où est la fraternité entre les peuples? Où sont les Arabes? Où sont les musulmans? Où sont les droits de l’Homme? Crient, en vain les Syriens témoins du nouveau massacre d’Al-Adawiya et Karm Al-Zaytoun, à Homs. L’humour se fait noir à Homs. «Un nouveau massacre», constate un révolutionnaire, «Ici, on parle de massacres comme d’autres parlent de produit de consommation; on attend tous le prochain massacre pour voir les nouveautés de la société des Assad… Père et fils… since 1970. Toutefois, il faudrait qu’ils renouvellent leurs équipes de marketing, ce sont toujours les mêmes campagnes de pub qui accompagne la sortie des nouveaux massacres.»
«Mouhzin, moudhik», bientôt un an et le monde regarde cette situation «Mouhzin, moudhik»…
Et si le monde a fini par aimer ce spectacle? Le monde regarde notre souffrance comme on regarde une pièce d’opéra ou un film, avec son lot de rebondissements, de personnages auxquels on s’attache, et bien sûr son suspense divertissant… alors, Baba Amr, tiendra ou tiendra pas? Quel sera le nouveau massacre? Tiens, Kofi Annan est optimiste après sa rencontre avec Bachar le criminel! Un beau spectacle! Après tout, «Mouhzin, moudhik», amusant et triste, ne sont elles pas les deux composantes d’un bon drame? «Mouhzin, moudhik», jusqu’au moment où Bachar, en Canio syrien, tuera son peuple, comme son père avant lui, et sonnera la fin de la pièce en criant «La commedia è finita!» Syrien qui rit, Syrien qui pleure. Syrien qui vit, Syrien qui meurt. Un drame ici qui est un spectacle ailleurs!
 
sources de l'article: http://syrie.blogs.liberation.fr/homs/2012/03/homs-un-beau-spectacle-.html

lundi 12 mars 2012

Il faut sauver le citoyen El Mostefa Naïm

Pour en savoir un peu plus sur cet homme, je vous invite déjà à consulter cet article de bondy blog ici
Le jugement en appel de Moustafa est mercredi 14 mars à Casablanca.
La réunion du comité de ce mardi 6 mars 2012, avait pour but de discuter des actions à mettre en place.
Il a été décidé de faire des tracts , et de faire



un grand rassemblement mardi 13 mars 2012 à 12h15,
 
soit la veille du procès de Mous,
devant le consulat du Maroc
au 2 rue Carry, 69003 Lyon.



quelques liens en complément:

  https://www.facebook.com/pages/TOUS-AVEC-MOUS-Comit%C3%A9-de-soutien-%C3%A0-El-Mostafa-NAIM/195615763877929

http://voxmaroc.blog.lemonde.fr/tag/police-secrete/

 http://rhone-alpes.france3.fr/info/un-lyonnais-bloque-au-maroc-depuis-15-mois-72706023.html

  http://solidmar.blogspot.com/2012/03/appel-du-comite-de-soutien-el-mostafa.html

HOMS en direct

Il n'est plus possible de nier le mensonge. la vérité les gens la reçoivent en pleine figure et en direct.

Depuis tout à l'heure des images sont projetées en direct au monde entier. Des images de femmes violées  et égorgées . Au total près de 45 femmes et enfants exterminés par les forces de Bashar et le monde reste silencieux. HONTE à NOUS.

http://bambuser.com/v/2462666

dimanche 11 mars 2012

solidarité avec le peuple syrien

La solidarité envers le peuple syrien s'exprime de divers manières et on en a eu un parfait exemple samedi 10 mars 2012

de manière artistique comme on le voit  avec cette fresque ,


avec des lâchers de ballons contenant des poèmes d'une poétesse syrienne solidaire de la cause syrienne.

avec des discours   même si c'est pompeux, ça permet de savoir qui s'intéresse ou pas à la cette juste cause



On n'hésite pas à se faire entendre bruyamment.

video


et même lors d'un match de foot pour conclure la journée militante.


video

samedi 3 mars 2012

Une journée de débats, ateliers et concerts contre le fascisme à Lyon

J'y suis passé même si ce genre de spectacle, ce n'est pas trop mon monde, je n'ai eu aucun regret et j'y ai fait d'intéressantes rencontres. Le matin et toute la journée, ce fut une opération tractage pour annoncer la manifestation en faveur de la Syrie qui aura lieu le 10 Mars 2012

La journée débuta  ce samedi à parti de 10h30 avec un programme chargé en débats.

 Elle s’est articulée autour de plusieurs ateliers-débats portant, entre autre, sur le Front National et la Droite Populaire, les attaques sur le droit des femmes, la construction de bouc émissaire., etc. Ces ateliers furent animés par des intervenants extérieurs: sociologue, spécialistes de l’extrême droite et des membres du collectif vigilance 69 contre l’extrême droite.

La soirée fut quant à elle musicale avec différents groupes tenant à soutenir la lutte anti-fasciste.


Lyon est depuis trop longtemps devenu le terreau d’une extrême droite violente et dangereuse, il est temps que les lyonnais et lyonnaise puissent s’armer idéologiquement contre ces idéaux nauséabonds. Retrouvons nous tous le 3 mars au CCO de Villeurbanne à partir de 10h00

Programme

- 10h – Accueil
- 10h30 – 12h30 : Conférence « Fascisme et natio­na­lisme d’hier et d’aujourd’hui en Europe, en France et à Lyon » Jean-Paul Gautier his­to­rien et unE mili­tantE du col­lec­tif 69 de vigi­lance.
Les der­niè­res élections euro­péen­nes ont démon­tré que les extrê­mes-droi­tes ont le vent en poupe dans toute une série de pays mem­bres de l’UE. La situa­tion actuelle semble donc favo­ra­ble à une extrême droite qui a pris son envol électoral dans les années 80 en Europe occi­den­tale et après la chute du Mur de Berlin. Cette montée en puis­sance semble s’ins­crire dans la durée. De la Scandinavie à l’Italie, les thèmes anti immi­gréEs et anti islam (sur­tout après le 11 sep­tem­bre 2001) sont pré­sents dans les urnes, dans la manière d’Instrumentaliser les peurs et la cons­truc­tion de bouc-émissaire. L’appa­ri­tion signi­fi­ca­tive de ces partis dans le pay­sage poli­ti­que euro­péen, quel­les que soient leurs carac­té­ris­ti­ques, tra­duit un pro­fond état de crise à l’échelle du conti­nent.
- 14h-16 h : Premières séries d’ate­liers :
Atelier n° 1 : « Le Front National et la droite popu­laire » Jean-Paul Gautier et Erwan Lecoeur socio­lo­gue
L’arri­vée de Marine Le Pen à la tête du FN a fait bouger les lignes. Le FN énonce des idées sim­ples voire sim­plis­tes, ce que les gens ont envie d’enten­dre. Ceci montre le succès de sa stra­té­gie de dédia­bo­li­sa­tion. Le FN devient répu­bli­que­ment com­pa­ti­ble. Marine LePen donne l’impres­sion de faire chan­ger les lignes au FN. Elle entend acqué­rir une culture de gou­ver­ne­ment et semble plus contem­po­raine que son père, avec un cer­tain savoir faire électoral, une grande capa­cité d’adap­ta­tion et une volonté d’accé­der au pou­voir.
Atelier 2 : « Références cultu­rel­les et leur poids dans la jeu­nesse »
Quelles sont les réfé­ren­ces cultu­rel­les uti­li­sées par les grou­pes d’extrême-droite et/ou fas­ci­sants ? Quel est le poids de ces réfé­ren­ces au sein de la jeu­nesse actuelle ? Comprendre leur fon­de­ment et les com­pa­rer avec celles d’autre­fois.
Atelier 3 : « Immigration : un syn­di­ca­lisme de luttes pour les droits des tra­vailleurs et tra­vailleu­ses sans papiers »
Alors que les tra­vailleurs et les tra­vailleu­ses sans-papiers par­ti­ci­pent à l’économie du pays, accrois­sent la richesse pro­duite, coti­sent à la Sécurité Sociale, à l’UNEDIC, et payent des impôts, ils n’ont ni chô­mage, ni retraite, ni citoyen­neté, ni le droit de tomber malade, ni l’assu­rance pour leurs enfants de mener à terme leur sco­la­rité. En dési­gnant des boucs émissaires faci­les, l’extrême droite et le gou­ver­ne­ment dans sa course effré­née aux voies du front natio­nal, stig­ma­ti­sent les tra­vailleurs et tra­vailleu­ses sans papiers. Par la haine de « l’étranger/ère » ils pen­sent éviter aux poli­ti­ques comme au patro­nat de rendre des comp­tes sur leur œuvre de démo­li­tion sociale. Le syn­di­ca­lisme de lutte pour les droits des tra­vailleurs et tra­vailleu­ses sans papiers, c’est le syn­di­ca­lisme de lutte pour les droits de l’ensem­ble des sala­riéEs contre la mise au pas de notre modèle social.
- 16h30-18h : Deuxième série d’ate­liers :
Atelier n°4 : « Sexualités, famille, avor­te­ment : quelle société nous pré­pare l’extrême droite ? »
Quels sont les posi­tion­ne­ments des grou­pes d’extrême droite sur ces thé­ma­ti­ques ? Quels liens avec les anti-choix ? Quelles sont les stra­té­gies uti­li­sées par ces grou­pes ?
Atelier n°5 : « Luttes socia­les et syn­di­ca­lisme » :
Quel rap­port entre­tenu entre les luttes socia­les et le syn­di­ca­lisme ? Comment l’extrême droite se situe face aux luttes socia­les ? Quand l’extrême droite pri­vi­lé­gie le soli­da­risme et le cor­po­ra­tisme, pour­quoi un syn­di­ca­lisme de lutte et de trans­for­ma­tion sociale ?
Atelier n°6 : « La cons­truc­tion de boucs émissaires ».
Les fon­de­ments de l’idéo­lo­gie iden­ti­taire consis­tent notam­ment à défi­nir « l’Autre » comme le seul res­pon­sa­ble de tous les maux de la société, en sur­fant sur les peurs des popu­la­tions. Comment se sont créés dans le passé les boucs émissaires ? Comment les mêmes stra­té­gies se remet­tent en place ?
- 19h : Ouverture des portes pour les concerts
- 20h Début des concerts  :
Barrio Populo (ska)
E-One et Akye (Rap militant)
Los Tres Puntos (Ska Punk)
En parallèle du spectacle un groupe de 3 jeunes s'étaient livrés à la réalisation d'une belle fresque.que voici


CONFERENCE “Israël, un Etat d’apartheid ?”

Prévue initialement à l'institut d'études politiques au 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon  à 18h, elle se déplaça dans la cour de l'université Lyon II et sous la lumière de la lune  avec pourtant la présence d'au moins 100 personnes, pas du tout découragés par ce boycott insensé de l'administration de l'IEP qui a fait évacuer l'université et fermer les portes 1h avant le début de la conférence. Une attitude lâche et totalement non respectueuse de la liberté d'expression.  http://rebellyon.info/Apres-Paris-VIII-censure-a-l-IEP.html




‎... France so dramatic a country I can't think of anything next to it. The university in Lyon cancelled the IAW talk just an hour before it was suppose to start. They claim it was in the interest of security as life threats were made by Zionists. But more than 100 people arrived and we held the talk under tree in the middle of campus till the only light was the half moon. I salute the leadership of GP in Lyon; 
 
 
communiqué de GP    communiqué

http://bit.ly/AkjG9H
http://bit.ly/x3pL9w
http://bit.ly/wHFfle

jeudi 1 mars 2012

Où est la cohérence ?

Le Conseil constitutionnel a censuré mardi la loi pénalisant la négation du génocide arménien en 1915, à l'origine d'une brouille entre Paris et Ankara, la jugeant contraire à la liberté d'expression (lien1


La gauche avait dénoncé un projet de loi électoraliste mais ça ne l'avait pas empêchée de ratifier la loi qui est donc provisoirement bloquée par le conseil constitutionnel. Cette loi qui avait pour objectif de condamner toute négation des génocides reconnues par la France avait déjà été dénoncée par de nombreux hommes politiques en raison du risque qu'elle faisait encourir à l'autre loi déjà votée et  qui concerne la négation du génocide juif. en rejetant la loi sous prétexte de porter atteinte à la liberté d'expression,, peut on donc penser que toute personne peut émettre des idées négationnistes au nom de la liberté d'expression . Il n'y a qu'un  pas que  certaines personnes seront tentées de franchir.


Pour la censurer, les Sages, selon un communiqué (www.conseil-constitutionnel.fr), se sont appuyés notamment sur l'article XI de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 stipulant que "la liberté de communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme".
Ils précisent que leur décision ne remet pas en cause la loi de 2001 sur la reconnaissance du génocide arménien, ni la loi Gayssot de 1990, qui réprime la négation de la Shoah en s'appuyant sur le droit international de l'après Seconde guerre mondiale ou l'existence de jugements de condamnation pour négationnisme.

Et tout le paragraphe précédent  est bourré d'incohérence. Pourquoi l'un et pas l'autre ?