lundi 27 février 2012

Free Syria se met en ordre de marche pour sa manifestation du 10 Mars

A partir du 3 mars vont démarrer sur tout le territoire français des manifesations pour commémorer le premier anniversaire du déclenchement de la révolution syrienne. Marseille  le 3 mars , Lyon le 10 Mars, Paris le 17 mars  et toutes les manifestations prévues sont visibles sur cette page facebook : https://www.facebook.com/ManifestationSyrie





Concernant la manifestation du 10 Mars 2012, on espère qu'il y aura autant pour ne pas dire plus de monde que celle du 22 octobre 2011 ( lien1 )


Voici le tract de l'appel à manifester (http://freesyrialyon.blogspot.com/2012/02/samedi-10-mars-2012-manifestation-de.html)

« Mon peuple est un peuple de paix, de café, de musique que j'espère vous savourerez un jour, de roses, dont j'espère qu'un jour le parfum vous parviendra, afin que vous sachiez que le cœur du monde est aujourd'hui exposé au génocide. » Khaled Khalifa écrivain syrien anci...en détenu politique.






Rendez vous 13H place Bellecour.



Sur la lancée des révolutions arabes, le peuple syrien lutte depuis un an pour réclamer pacifiquement son droit à la démocratie.

Chaque jour apporte son lot d’exactions commises par le pouvoir en place où arrestations et exécutions sommaires, tortures physiques et mentales n’épargnent personne.

Face à l’horreur, le peuple Syrien fait montre d’un héroïsme inouï en continuant, toujours plus nombreux à descendre dans la rue dans l’ensemble du pays et jusqu’au cœur de la capitale pour réclamer la chute du régime



Depuis le 3 février, la répression s’est accrue avec le bombardement quotidien de la ville de Homs.

A cela s’ajoute la propagande du régime toujours plus cynique à travers les médias du monde entier.

Si l’ONU est empêché d’intervenir à cause des double vétos russes et chinois, nous, peuples du monde entier pouvons manifester notre solidarité avec le peuple syrien.

C'est pour toutes ces raisons que nous vous appelons à une manifestation organisée par l’association Free Syria Lyon en partenariat avec des sympathisants du peuple syrien et des syriens de la société civile toutes tendances confondues qui souhaitent la chute du régime dictatorial et sanguinaire et l'instauration d'une démocratie.



Pour de plus amples informations sur cette manifestation et sur l’ association loi 1901, FREE SYRIA LYON n’hésitez pas à consulter notre site :

http ://freesyrialyon.eu/





مظاهرة يوم السبت 10 مارس2012

لمساندة الشعب السوري

من ميدان بلكور إلى ميدان دي تيرو

الانطلاق على الساعة الثالثة مساء من ميدان بلكور



" إن شعبي مسالم يحب القهوة والموسيقى التي أتمنى أن تطربكم يوما. إنه شعب يعشق الورود التي أتمنى أن يصلكم عبقها يوما حتى تعلموا علم اليقين أن قلب العالم يتعرض اليوم لمذبحة" خالد خليفة كاتب سوري ومعتقل سياسي سابق.

تجاوبا مع الثورات العربية المباركة نهض الشعب السوري منذ عام للمطالبة سلميا بحريته وكرامته. وهاهو يدفع كل يوم التضحيات الجسام أمام نظام لم يتوانى عن استعمال أبشع الوسائل لقمعه من سجن وتعذيب وذبح...

منذ عام وهذا الشعب البطل برجاله ونسائه وأطفاله يقاوم عاري الصدر ولم تزده وحشية النظام إلا إصرارا وعزما فلا حوار ولا تنازل مع جلادي الأطفال .

وهاهي أعداد الجنود المنفصلين تزداد يوما بعد يوم للانضمام للجيش السوري الحر الذي يسعى لحماية المتظاهرين رغم إمكاناته المحدودة.

منذ الثالث من فبراير والقمع يتزايد مع قصف مدينة حمص اليومي موازاة مع عمليات التمويه والكذب الإعلامي الذي يمارسه النظام,

إذا كانت الأمم المتحدة عاجزة عن التدخل بسبب فيتو الصين وروسيا فنحن شعوب العالم الحر نساند الشعب السوري بكل قوانا ولهذا ننظم المسيرة لمؤازرته والوقوف بجانبه في هذه المحنة.

هذه المسيرة تنظمها جمعية فري سيريا ليون لم يتوانى بمشاركة المتعاطفين مع القضية وسوريين من كل الاتجاهات التي تجمعها إرادة إسقاط النظام.

لمزيد من المعلومات عن المظاهرة وعن الجمعية :

http ://freesyrialyon.eu - freesyrialyon@gmail.com

Le volcan social gronde

A St Denis de la Réunion ,département français d'Outre Mer (DOM), la cherté de la vie à pousser bon nombre d'habitants à se soulever  et les autorités affolées ont  préféré pour éviter de voir à quelques semaines des élections présidentielles  la situation dégénérer geler les prix de 40 produits et même baisser le prix de l'essence.
A quand une révolte sur le territoire nationnal. Le printemps se fait désirer.



quleques références: http://www.newsring.fr/local/431-emeutes-a-la-reunion-faut-il-encadrer-strictement-les-prix-dans-les-dom-tom

http://www.liberation.fr/societe/01012391688-nuit-d-emeute-a-la-reunion-au-bord-de-l-explosion-sociale

La Communauté Afro-Palestinienne de Jérusalem

Ce mardi 21 février 2012, j'ai eu la chance de rencontrer Yasser Johss qui était l'invité de la conférence sur "La Communauté Afro-Palestinienne de Jérusalem" qui allait suivre le  témoignage de Zineb une militante partie en Palestine en juillet 2011 dans le cadre du programme 3TA (Tous Témoins, Tous Acteurs)à un moment où des centaines d'autres s'étaient vus refuser de faire le voyage dans le cadre de la mission "bienvenue en Palestine".

Nous avons longuement discuté et nous nous sommes trouvés un ami commun, Nazim le Ghandi palestinien. 

Yasser Jhoss  avec Aamers l'interprète

Zineb , militante pro palestinienne



Un samedi aux couleurs syriennes

Ce samedi fut à  Lyon dédié à la Syrie avec pas moins de 3 évènements. En début d'après midi, un flash mob  organisé par la toute jeune association  Free Syria Lyon et dans le même temps, la montée d'un immense drapeau Syrien ' celui de l'indépendance'  réalisé par l'association France Syrie Démocratie  pour se terminer le soir avec une soirée débat et le témoignage d'un syrien d'Homs de passage à Lyon.




Les médias furent nombreux à reprendre l'évènement de ce samedi après-midi comme le montre cette liste non exhaustive de liens :


http://www.france24.com/fr/20120225-simulacre
 http://www.liberation.fr/depeches/01012392262-plusieurs-manifestations-de-soutien-au-peuple-syrien-en-france   
http://www.20minutes.fr/tv/afp-actus/9811-manifestation-a-lyon-contre-le-regime-syrien
 
http://fr.news.yahoo.com/video/france-5213024/manifestation-a-lyon-contre-le-regime-syrien-28425557.html
http://www.lepopulaire.fr/france-monde/actualites/jt-video.html?kewegoSig=e8fe630db46s
 
http://www.lesnouvelles.pf/article/france/plusieurs-manifestations-de-soutien-au-peuple-syrien-en-france
 
http://www.paris-normandie.fr/video/Manifestation%2B%25C3%25A0%2BLyon%2Bcontre%2Ble%2Br%25C3%25A9gime%2Bsyrien/e8fe630db46s/afpvideos/national
 
http://www.boursorama.com/actualites/manifestation-a-lyon-contre-le-regime-syrien-4752d531cf171d51737cd13e86fad7de
 
http://www.laposte.net/thematique/actualites/monde/article.jsp?idArticle=20120225200133-plusieurs-manifestations-de-soutien-au-peuple-syrien-en-france&idAgg=actu_monde
 
 

jeudi 23 février 2012

Flash Mob pour le peuple syrien

Le samedi 25 février à 14h se déroulera à la place des Terreaux, un flash mob en soutien au peuple syrien suivi d'un évènement surprise puis à 18h30 se tiendra une soirée débat à Rilleux la pape. Pour deplus amples informations suivez le lien http://freesyrialyon.blogspot.com/2012/02/flash-mob-et-soiree-solidarite-avec-le.html



H-4h rendez vous à ne pas manquer : café politis 9 ième édition

Notez bien l'heure 19h30-22h30  et c'est aujourd'hui  avec la présence de

 Mouna Hachim : chroniqueuse, écrivaine de talent, "web influencer"

 Ainsi 3 jeunes Marocains "trentenaires" aux parcours différents nous donnerons leur opinion en nous retraçant leur vécu, il s'agit de :

- Ras Daveed, artiste originaire d'Essaouira.

- Nabil Bouhajra, Enfant de MRE Marocain, "Franco-Marocain" ayant fait le choix d'un (re) tour au Pays.

- Younes Moumane, Militant associatif, engagé au sein du Mouvement Maroc +.


 Et enfin M. Mohamed Amine Sbihi, Ministre de la Culture. 


Cette soirée sera animée  par Salim Jebari  SG Marocains pluriels

et le journaliste Rachid Hallaouy

Le trophée CITIZEN sera remis lors de cette soirée


mercredi 22 février 2012

Mouna Hachim

Si on veut un tant soi peu, s'intéresser au Maroc et aux marocains qui comptent sur la toile internet, il sera difficile d'échapper à un personnage charismatique et très sympathique en la personne de Mouna Hachim.
Sa fiche wikipédia  même si elle vaut le détour ne reflète qu'une toute petite partie de l'oeuvre et surtout de la personnalité de notre chroniqueuse marocaine qui pratiquement chaque mardi livre son travail au journal l'économiste. L'intérêt de cette chronique, c'est que le débat est totalement publique, à la fois sur une page facebook dédiée à ses chroniques et sur sa page facebook et même à travers son compte twitter. Rares sont le intellectuels du monde des médias à accorder autant d'intérêt à ses lecteurs pour leur plus grande joie et ses chroniques font l'objet chaque semaine d'échanges cordiaux.

Femme d'une grande intégrité , mariée et mère de  2 enfants, elle symbolise cette génération de femmes libres marocaines, attachées au progrès de leur pays mais aussi aux traditions du terroir..

Si on devait lui dire "révolution" pour le Maroc, elle rajouterait immédiatement de velours.
Ne prononcez jamais le mot chaos, elle risquerait de se vexer pour de bon. Même si elle est d'une grande tolérance, il vaut mieux ne pas la chercher, vous aurez affaire à la Lionne de l'Atlas.
Comme toute femme qui se respecte, elle a ses points faibles qui font  qu'elle ne laisse personne indifférent. -Une grande sensibilité pas forcément un avantage dans un monde où le challenge prime.
- Une grande honnêteté dans un univers machiste où mentir fait parti  du décor médiatique
- Une grande attache aux valeurs familiales malgré une vie trépignante au contact des
   autres
- Un amour fou , presque charnel avec son Maroc natal quand d'autres rêvent d'horizons
   lointains.


Je vous donne l'occasion de l'entendre à travers cette interview donnée à med1. si son visage ne laisse pas indifférent, la voix non plus. à vous de juger.




Vous aurez l'occasion de la retrouver ici où elle répondra à mes questions sans concession qui permettront d'en savoir plus sur le personnage que j'avoue très attachant.
En attendant, vous la retrouverez ce 23 février 2012 à 19h30 lors d'un débat sur le thème " Qu'est ce qu'être Marocain aujourd'hui ?" dans le cadre du café politis de Casablanca.
qui se tiendra exactement à 
Boulevard des Almohades, 20000 Casablanca, Morocco


évènement facebook:  https://www.facebook.com/events/382776881736125/
"
  • Identité,Diversité,Marocanité… 
  • Qu'est ce qu'être MAROCAIN aujourd'hui ?
  • C'est de cela que le Café Politis du JEUDI 23 FEVRIER souhaite discuter dans un esprit d'ouverture, d'intégration et de cohésion.
  • Donner du sens, expliciter des valeurs, contribuer à une prise de conscience, élaborer des pistes de réflexion et des propositions...c'est ce que nous nous proposons de faire -dans le climat convivial qui est celui du Café Politis autour d'invités qui nous donneront leurs points de vue, expériences,idées et enrichiront notre propre réflexion.
  • Ainsi 3 jeunes Marocains "trentenaires" aux parcours différents nous donnerons leur opinion en nous retraçant leur vécu, il s'agit de :
  • - Ras Daveed, artiste originaire d'Essaouira.
  • - Nabil Bouhajra, Enfant de MRE Marocain, "Franco-Marocain" ayant fait le choix d'un (re) tour au Pays.
  • - Younes Moumane, Militant associatif, engagé au sein du Mouvement Maroc +.
  • Egalement Mouna Hachim, chroniqueuse, écrivaine de talent, "web influencer" très suivie sur les réseaux sociaux où ses écrits font référence.
  • Et enfin M. Mohamed Amine Sbihi, Ministre de la Culture.
  • Il s'agira là de l'une des premières sorties du nouveau Ministre dont le département ministériel a un rôle prépondérant à jouer en matière "d'identité". Ses idées et propositions sont attendues par toute une jeunesse éprise de culture."
                                         http://cafepolitis.ma/debat.php


Pour découvrir Mouna Hachim



http://www.lalati.ma/fr/marocaines/mouna-hachim-et-l%E2%80%99ecriture-%C2%AB-relation-passionnelle%E2%80%A6%C2%BB-3584

http://www.aujourdhui.ma/culture-details8465.html

http://www.familleactuelle.ma/component/magazines/?view=detail&id=511

Il y a des évènements sportifs indé sang

Aujourd'hui, la Syrie est à feu et à sang, son peuple massacré par son tyran exterminateur dans une indifférence générale et avec même la complicité active d'autres régimes tyranniques 'Russie, Chine et Iran' et le refus d'intervention humanitaire de pays comme le Brésil sous prétexte que ça peut dégénérer en intervention militaire ou que ça porte atteinte à la souveraineté internationale. Moi la souveraineté internationale, j'en ai rien à cirer quand des vies humaines sont en danger.

Aujourd'hui à 16h30, un match de football au Bahreïn opposait la Syrie et le Bahreïn et au cours de ce match, un militant pacifiste  est intervenu sur le terrain avec un petit drapeau syrien , celui de l'indépendance. Tout un symbole pour un peuple qui se meurt.
 http://www.youtube.com/watch?v=jEAp6z3S_Ug&feature=youtu.be

dimanche 19 février 2012

Les Berbères dans le Monde arabe

Hier, j'ai passé ma soirée à Art Dreams, un lieu que j'affectionne. Je devais y aller accompagner mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Le sujet était

Les Berbères (Amazighs) dans le monde arabe ?

Au programme :

Ce 5ème Café Littéraire Arabophone démarra vers 19h  avec de la musique kabyle et arabe  par Fodil Ouatah, chanteur et poète amazigh.de Vaulx en Velin amateur aussi bien de langue berbère que de langue arabe

On eut le droit à une projection vidéo sur les populations Berbères
 - Intervention de Abdoulahi Attayoub, Président de l’association Survie Touarègue-Temoust qui nous parla de la culture touarègue suivi d'un débat où certains questionnèrent sur la langue et l'origine du nom berbère. Je suis intervenu personnellement pour interroger  l'intervenant sur la ligne politique du congrès mondial amazigh et en lui demandant le pourquoi de la présence d'extrémistes racistes qui nuisaient à la cause berbère.

En seconde partie on eut le droit à une intervention de Abdelatif Errihani sur le rôle des associations berbères au Maroc et plus particulièrement son association de commerce équitable avec les femmes berbères et artisanes d’Essaouira.
Puis une lecture de poèmes de  Fodil Ouath très présent durant cette soirée avec l'intervention d'un Libyen berbère, poète et militant des droitss de l'homme, Moussa Harim

 Puis en 3ème partie :
A nouveau une lecture de poèmes dans les 3 langues : arabe, langue kabyle et français. et un petit récital
poétique d'un poème de Mahmoud Darwish " ( sur cette Terre ) en français et arabe et  le point de vue d'un palestinien
arabophone sur les berbères dans le monde arabe.
















jeudi 16 février 2012

On n'oublie pas

Au moment, où le peuple Syrien subit une terrible répression, il nous est difficile d'oublier les drames que l'Algérie a vécu lors des années 90 avec cette guerre que nous pouvons qualifier de civile qui entraîna des dizaines de milliers de morts et des milliers de disparus. La jeunesse algérienne fut fauchée lors de ce drame.


à la mémoire des onze enseignantes et l'enseignant assassinés à Sidi Bel Abbés le 27 Septembre 1997

 Je salue les luttes des femmes travailleuses en Algérie et j'oublierai jamais " les onze (11) enseignantes et l'enseignant assassinés à Sidi Bel Abbés le 27 Septembre 1997, elles qui semaient dans les générations futures le savoir d’une Algérie éclairée moderne et progressiste. "

On ne vous oubliera pas! !
Saber Habib ( pas de photo)
Dich Amina,
Tounsi Aziza,
Boudaoud Kheira
,Bouteraa Rachida,
Mehdane Zohra,
Bouhend Fatima,
Fliou M'hamdia,
Louhab Naïma,
Lenfad Hafida,
Cherrid Kheira,Bouali Hanafi Sahnounia

Les 12 enseignants, dont 11 femmes, avaient été suppliciés à la sortie de la localité de Aïn-Adem, dans la région de Sfisef (Sidi-Bel- Abbès).
A l’initiative de l’Organisation nationale des victimes du terrorisme et des ayants droit la population et les représentants des autorités civiles et militaires leur ont rendu hommage sur les lieux de leur assassinat.
"C’est dans la douleur que les Bélabésiens ont revécu cette journée noire du 27 septembre 1997 où douze enseignants revenant de leur travail ont été interceptés à la sortie de la localité de Aïn-Adem et sauvagement égorgés par des terroristes malgré leurs supplications. Seul le chauffeur du Karsan qui les transportait a été épargné. Les défuntes étaient âgées de 22 à 30 ans, l’une d’elles était mariée depuis 2 mois, une autre était enceinte de 4 mois, et certaines étaient mères de famille. La plus âgée ne dépassait pas les 40 ans et avait cinq enfants.
Aïn-Adem, qui panse ses blessures, n’oubliera pas l’assassinat des enseignants de leurs enfants qui ont bravé la mort pour continuer à dispenser le savoir."
(Le Soir d’Algérie du 28 septembre 2009)

http://www.presse-dz.com/info-algerie/1572-les-familles-exigent-la-peine-capitale-pour-un-%22emir%22-du-gia.html

http://m.presse-dz.com/readart.php?id=4941

http://lavoixdesidibelabbes.info/actualites/lettre-a-monsieur-le-directeur-general-de-lunesco-commemoratrion-du-27-septembre-1997-sfisef/



http://www.algeria-watch.de/mrv/mrvmass/halte.htm

Il y a eu des massacres qui n'ont pas été médiatisés. Parmi ceux qui l'ont été depuis août 1996, souvent avec un nombre de victimes au delà des chiffres officiels, figurent les massacres présentés dans la table suivante: Politiquement, ces zones coïncident avec les circonscriptions qui ont voté massivement en faveur du Front Islamique du Salut (FIS) aux élections législatives de décembre 1991. Stratégiquement, elles épousent la délimitation du cordon sanitaire contre-insurrectionnel autour de la wilaya d'Alger.


Date Lieu du massacre Nombre de victimes Date Lieu du massacre Nombre de victimes
17 aout 96 M'sila 63 23 juillet Est d'Alger (3 villages) 56
7 oct. 96 Laghouat 38 25 juillet Pres de Hadjout, ouest d'Alger 38
6 nov. 96 Sidi El-Kebir 32 27 juillet El Omaria (Medea) 13
15 nov. 96 Bensalah 12 28 juillet Larbaa 51
6 dec. 96 Ben Achour 19 30 juillet Matmata (Ain Defla) 41
29 dec. 96 Ain Defla 28 31 juillet Blida et Ain Defla 100
5 janvier 97 Ben Achour 16 1 aout Sidi Madani (Blida) 38
6 janvier Douaouda 18 3 aout Blida et Ain Defla 111
13 janvier Bouinan 19 21 aout Souhane (sud-est d'Alger) 63
13 janvier Tabainat 14 24 aout Pres de Medea 29
18 janvier Sidi Abdelaziz 49 25 aout Alger (4 massacres + 1 attentat) 117
22 janvier El Omaria (Medea) 23 26 aout Beni Ali (sud d'Alger) 64
22 janvier Baraki 22 29 aout Rais (pres d'Alger) 200 a 300
23 janvier Haouch Pino/ Haouch Richmond 22 29 aout Pres de Djelfa 40
23 janvier Haouch Benramdane 22 2 septembre Sud Alger 22
24 janvier Alger (une ferme) 15 6 septembre Beni Messous 195
30 janvier Sidi Moussa 8 19 septembre Gelb el-Kebir (Medea) 53
1 fevrier Ktiten 31 22 septembre Bentalha (pres d'Alger) 200
1 fevrier Larbaa 7 26 septembre Ain el-Hadj (Djelfa) 19
5 fevrier Boumedfaa 28 27 septembre Ain Adden, Sidi Bel Abbes 11
17 fevrier Kerrach 33 28 septembre Bainem, Sidi Yocef, Bouzareah 19
5 avril Hamlet (Medea) 52 28 septembre Tabainet (Mitidja) 48
11 avril Manaa (Boufarik) 22 1 octobre Medea 37
13 avril Chebli 30 2 octobre Harrouba (Oran) 14
22 avril Bougara 93 2 octobre Mellaha (Mitidja) 38
15 mai Chebli 30 5 octobre Bouinane (Blida) 16
23 juin Mouzaia 18 11 octobre Boufarik (Blida) 14
7 juillet Alger et Medea 51 11 octobre Pres d'Alger 15
13 juillet Ksar El-Boukhari 44 12 octobre Pres d'Oran 43

mercredi 15 février 2012

A chacun ses héros: parti1, Okba Ibn Fina

 Descendant de 2 familles implantées à Biskra (Algérie) depuis des centaines d'années, j'ai choisi de parler sur plusieurs chapitres des héros de la région où prirent naissance mes ancêtres. Manière à moi, d'honorer ceux et celles qui ont fait sa réputation et aussi manière à moi de rétablir certaines vérités sur des personnages qu'on a peut être voulu salir par ignorance ou refus d'aller chercher la vérité au delà de la facilité.

Aujourd'hui, celui qui me tient à coeur d'en parler et qui est considéré comme celui qui introduit l'Islam au Maghreb, c'est Okba Ibn Nafi (Oqba Ibn Nafi Al Fihri ou Oqba Ibn Naafi (عقبة بن نافع)).

Une fiche wikipedia lui est réservée, fiche qui a besoin d'être dépoussiérée; ça sera la prochaine étape.


J'ai eu la chance de visiter l'ancienne mosquée de Sidi Okba accolée à la nouvelle grande mosquée de l'oasis et de profiter des connaissances du guide qui m'a offert un fabuleux voyage dans le temps. J'ai aussi eu l'occasion de me recueillir devant le tombeau de Okba Ibn Nafi et ce fut un moment inoubliable.
L'article sera complété plus tard et en attendant voici quelques photos des lieux .

salle des prières de la nouvelle Mosquée de Sidi Okba

Porte d'entrée de la plus ancienne mosquée de Sidi Okba


Salle de prière de l'ancienne mosquée de Sidi Okba

Tombe de Okba Ibn Nafi au sein de l'ancienne Mosquée de Sidi Okba
références bibliographiques: Identités et cultures dans l'Algérie antique

Laïcité et Islam , un débat sans fin

Voici une lecture intelligente selon mes critères sélectifs
Au nom de la laïcité,en France on fait n'importe quoi dans les textes et surtout dans la pratique.' j'attends une loi qui interdit aux Musulmans de porter la barbe comme signe ostentatoire ". J'ai assisté à une scène où une femme de ménage s'est vue interdire de parler arabe à une collègue sous prétexte d'application de la laïcité dans un hôpital public et sous mes yeux. Concernant l'article , je le trouve excellent d'autant plus que le sujet est très délicat à traiter

Islam, laïcité et quelques malentendus…
Par Mouna Hachim

Islam, laïcité et quelques malentendus…  Par Mouna Hachim Thématique d’actualité: la relation que certains considèrent comme incompatible entre islam et laïcité. Et comme les extrêmes se rejoignent parfois, parviennent à s’entendre du moins sur le point du noircissement total du tableau de la relation, les stigmatisateurs de l’islam et les diabolisateurs de la laïcité.
Côté musulman, le premier malentendu résulterait d’une erreur de traduction. N’ayant pas d’équivalent au terme «séculier», c’est l’adjonction de deux vocables qui l’ont défini à la fin du XI
Xe siècle: «La-dini » (non religieux), induisant sémantiquement un refus des préceptes religieux. Depuis, le mot communément employé est «‘ilmani» mais l’horreur attachée au premier demeure, à tel point que nombreux confondent encore laïcité et athéisme ou l’assimilent à un rejet de l’ordre moral d’autant qu’il vient de «l’extérieur».
Deuxième amalgame: la confusion entre le «sécularisme» et la «laïcité ». Le premier est une notion renvoyant à un phénomène religieusement neutre qui a touché de nombreuses sociétés sous l’influence de la science, de la rationalité et de la «laïcité ». Cette dernière quant à elle est un concept adopté dans un contexte historique précis en France, fille aînée de l’Eglise, au terme de longs combats contre la domination cléricale, avec pour textes fondateurs, la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789 et la loi de 1905 relative à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Nous pouvons aussi ajouter comme autre source actuelle de méfiance, le décalage flagrant entre l’idéal théorique et les pratiques réelles particulièrement sous la forme française; et dont Jean Baubérot, professeur honoraire de la chaire histoire et sociologie de la laïcité pointe le travestissement dans son nouvel ouvrage «La laïcité falsifiée» où il ressort qu’elle ne correspond pas à la laïcité "historique" de 1905.Dans une interview accordée au «Monde des religions», publiée le 30 janvier, il déclare ainsi: «La laïcité n’a pas à imposer aux gens de se séculariser car cela devient une atteinte à leur liberté de conscience. Or, actuellement, on confond laïcité et sécularisation, et le Haut Conseil à l’Intégration le revendique d’ailleurs fièrement puisqu’il déclare que "dans une société sécularisée il n’est pas possible de faire ceci ou cela". Cela est totalement anormal, ce n’est plus de la laïcité mais quelque chose qui comporte des éléments d’un athéisme d’Etat.».
Une redéfinition des concepts s’impose donc pour lever toute équivoque. La laïcité diffère dans le passé et dans le présent, selon qu’on soit en France, en Turquie ou dans le monde anglo-saxon qui sont plus précisément séculiers. Dans toute l’Europe seuls la France et le Portugal (avec l’euro-asiatique Turquie) sont constitutionnellement laïcs. Parmi les pays séculiers figurent l’Allemagne, l’Irlande, l’Autriche, la Suisse ; la Belgique et les Pays-Bas qui ont adopté le système appelé pilarisation.

. Sans oublier ces Etats qui affichent une religion d’Etat dans leur Constitution comme c’est le cas pour les Églises luthérienne dans les pays scandinaves, presbytérienne en Écosse, catholique romaine en Irlande… tandis que l’Angleterre a l’Eglise anglicane comme religion d’Etat et une reine qui exerce la double fonction de chef d'État et de chef d’Eglise.
«Le dénominateur commun susceptible de donner corps à la construction d’une citoyenneté européenne laïque», écrit Hayat el Mountacir dans les actes du Colloque de Belley est «La Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, qui fait partie du bloc de constitutionnalité, fixe les valeurs de base de la citoyenneté. Elle est le fruit des idées des Siècles des Lumières (…) Le contrat social issu de la révolution française émancipe l’homme en en faisant un citoyen avec des droits et des devoirs». Le modèle d’organisation, nommé laïcité n’est donc censé ni s’opposer à la religion ni s’y substituer. Ce serait selon Tariq Ramadan une institutionnalisation légale du processus de séparation de l’Etat et de l’Institution religieuse, entre le dogme et la rationalité entre le social et le religieux.
Comment expliquer alors le rapport des musulmans à cette notion alors que la première condition de validité de chacun des fondements de l’islam est l’acte de foi, Niyya, qu’il rejette toute intercession, tout ce qui atténue la transcendance divine, toute hiérarchie dans le lien spirituel, toute église dans l’islam sunnite, tout fétichisme, et appelle constamment à la raison et à la rationalité.
C’est ainsi que le philosophe Mohamed Abed Jabri considère que l'islam est laïc en substance…
Mais pour comprendre cette relation islam / laïcité, il faut revenir au début effectif du XI
Xe siècle alors que l’Empire ottoman vit son inévitable déclin achevé par la domination des puissances européennes et le partage de ses possessions au terme du traité Sykes-Picot et la naissance d’une «crise de conscience islamique».
Le mouvement réformiste, scindé en plusieurs courants comprend les traditionnalistes avec d’illustres penseurs comme Jamal Eddine Al-Afghani ou Mohamed Abdou qui préconisent le retour aux sources et la pratique véritable de l’islam loin des croyances populaires qui asservissent les peuples avec une réhabilitation du rôle de la religion dans la gestion des affaires publiques.
Au contact de l’Occident, des approches nouvelles sont également portées par des mouvements modernistes qui se développent avec l’essor de la presse et donnent toute son ampleur au          débat.
Puis, le problème se corse avec le renforcement du mouvement intégriste qui fait face à l'appareil de l'Etat moderne, fait de la recherche des valeurs, un retour anachronique et prône l’application des préceptes religieux et uniquement religieux tels qu’ils ont été compris par les anciens.
Aujourd’hui, dans ce contexte de bouleversements politiques et sociaux, de montée de tous les intégrismes, comment ne pas reposer de manière dépassionnée la question de la laïcité comme garante de la citoyenneté, de l’égalité, du respect de la conscience, de la liberté du culte pour tous les citoyens.
Soit, nous dit Abdou-Filali Ansary, la laïcité comme « forme d’organisation qui permet de travailler d’une manière plus intelligente et plus efficace à diffuser les bienfaits des systèmes politiques modernes et à limiter les injustices.
Elle apporte avec elle non pas le libéralisme pur, mais la philosophie des droits de l’Homme et la démocratie, toutes deux des formulations modernes et des outils éprouvés qui permettent de réaliser les aspirations ou finalités que la religion s’est assignées".


références:    
 https://www.facebook.com/mounahachim
 

L'Algérie de demain: paroles et visages de l'Algérie d'Aujourd'hui

L'Algérie de demain: paroles et visages de l'Algérie d'Aujourd'hui


Plus de quatre-vingt personnes s’étaient déplacées au mois de janvier dernier pour le débat organisé sur l’Algérie de demain et pour la projection du documentaire “Quelle Algérie pour demain ?”. Ce débat faisait écho à la visite de Malika Benarab-Attou en Algérie en novembre 2011.

C’est dans le cadre de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb du Parlement européen que la députée a effectué ce voyage. Du 2 au 5 novembre 2011 a eu lieu la XIème rencontre interparlementaire Union Européenne (UE)-Algérie. La visite de la délégation s’est déroulée à un moment crucial dans le processus de réforme politique mené actuellement par l’Algérie. Dans le cadre de la rencontre interparlementaire UE-Algérie, les échanges de vues ont porté sur des questions d’intérêt commun telles que la coopération entre l’Algérie et l’UE, les réformes politiques et la situation de l’Algérie dans le contexte régional du Maghreb.

Malika Benarab-Attou est arrivée en Algérie quelques jours avant la visite officielle de la délégation pour rencontrer la société civile dans sa diversité et sa richesse. Ce sont ces rencontres que le documentaire retrace. Associations des victimes du terrorisme, journalistes, hommes politiques, syndicats, féministes…, ils ont accepté de participer à ce film pour que les européens comprennent mieux la situation politique et sociale de leur pays. A l’heure des révoltes des peuples arabes, ce documentaire est un témoignage saisissant de toutes ces personnes qui peinent à se faire entendre.

Nous vous invitons à (re)découvrir le documentaire ”Quelle Algérie pour demain ? Paroles, visages de l’Algérie d’aujourd’hui” réalisé par Marie Shand.

http://malikabenarabattou.wordpress.com/2012/02/13/lalgerie-de-demain-paroles-et-visages-de-lalgerie-daujourdhui/



mardi 14 février 2012

Question de vie ou de mort

Appel d’urgence

Appel à tous les acteurs politiques et France et en Europe
 
Appel à tous les associations humanitaires, syndicats


Six Syriens qui se trouvent actuellement détenus à Chypre risquent la mort s'ils sont expulsés vers la Syrie par les autorités chypriotes.
 
Ces six personnes sont : Ahmad ABBARAH, Bilal ABBARAH, Bachar ALDABA, Oukabe OTHMAN, Moustafa HAJ-JOUMÄ, Kinan ABOU-AMMAR.

Ces six personnes sont accusées d’avoir attaqué l’ambassade syrienne à Nicosie (Chypre) suite au bombardement de la ville de Homs  par l'armée de Bashar Al Assad qui a causé la mort de centaines de civils. 

Aux yeux des autorités chypriotes il s’agit de malfaiteurs qui ont commis un geste répréhensible sur un territoire syrien, mais aux yeux des Syriens et des milliers de ceux qui défendent les droit de l’homme en Syrie ils sont des héros et ne méritent pas la mort.


Nous lançons un appel pour intervenir auprès des autorités chypriotes pour permettre à ces six  personnes de choisir le pays de leur destination, et de n’être pas livrer aux autorités syriennes.
Emergency call

Calling all political actors and France and Europe
 
Calling all humanitarian associations, unions


Six Syrians who are currently detained in Cyprus face death if deported to Syria by the Cypriot authorities.
 
These six are: ABBARAH Ahmad, Bilal ABBARAH, Bashar Aldaba, Oukabe Osman, Moustafa HAJ-Juma, Kinan Abou-Ammar.


These six individuals are accused of attacking the Syrian Embassy in Nicosia (Cyprus) following the bombing of the city of Homs by the army of Bashar Al Assad has killed hundreds of civilians.

Cypriot authorities in the eyes of these are criminals who have committed a reprehensible act on Syrian territory, but in the eyes of thousands of Syrians and those who defend human rights in Syria, they are heroes and do not deserve Death.


We appeal to intervene with the Cypriot authorities to allow these six people to choose their country of destination, and not being delivered to the Syrian authorities.




نداء لحالة الطوارئ


نداء لجميع الجهات الفاعلة السياسية في فرنسا وأوروبا


نداء لكل الجمعيات الإنسانية، وكل النقابات

هناك 6 مواطنين سوريين في حالة إعتقال حاليا في قبرص، مهددون بالترحيل إلى سوريا من قبل السلطات القبرصية. وإذا تم ذلك فإنهم سيواجهون الموت حتماً في سوريا.


هؤلاء6 هم: احمد عبارة ، بلال عبارة، بشار الضبة ، عقاب عثمان، مصطفى حج جمعة وكنان ابو عمار.

والتهمه الموجهه لهؤلاء الاشخاص 6 هي الهجوم على السفارة السورية في نيقوسيا (قبرص) إنتقاماً لقصف مدينة
حمص من قبل الجيش السوري التابع لبشار الأسد وقتل المئات من المدنيين.

ترى السلطات القبرصية أن هؤلاء الأشخاص هم من المجرمين الذين ارتكبوا عملا يستحق االعقوبه على أراضٍ سورية، ولكن في نظر الآلاف من السوريين ونظر أولئك الذين يدافعون عن حقوق الإنسان في سوريا أن هؤلاء هم أبطال ولا يستحقون الموت.

نناشد جميع من يستطيع التدخل لدى السلطات القبرصية للسماح لهؤلاء الأشخاص لاختيار البلد الذي سيغادرون إليه إذا لم تعد ترغب بوجودهم على أراضيها، وعدم تسليمهم الى السلطات السورية.

vendredi 10 février 2012

Des intellectuels palestiniens au régime syrien : « Pas en notre nom ! »

Déclaration collective palestinienne - Wadistocracy


Pour solliciter l’adhésion au syndicat des Écrivains syriens et en solidarité avec le peuple syrien.



C’est un honneur, pour nous, écrivains et signataires de cette déclaration, que de solliciter en tant que groupe d’être accepté au sein du syndicat des Écrivains syriens, récemment créé par des écrivains et intellectuels syriens qui soutiennent le peuple alors qu’il gravit les marches de la liberté, maculées de sang par la main du tyran. La création du syndicat des Écrivains syriens constitue un piller essentiel de la révolution syrienne et met le vrai intellectuel, homme et femme, à sa juste place aux côtés du peuple, comme un partenaire efficace dans la construction d’une nouvelle Syrie libérée de tout autoritarisme dynastique, différente, démocratique, d’un système civil fondé sur les droits des citoyens, qui embrasse les droits d’expression et de création, un système incapable de détourner la volonté des intellectuels syriens libres au moyen de structures falsifiées qui s’arrogent les potentialités de la culture, usurpent le rôle de la femme et de l’homme intellectuel et détournent sa volonté, des structures qui ne sont qu’un dispositif toujours aux mains du tyran et de ses appareils.



Maintenant plus que jamais, la Syrie a besoin d’une voix mature qui parle depuis le cœur de la Syrie, une voix qui renforce l’unité nationale et tire sa force de la diversité et de la richesse de la société syrienne (...) (qui servira de) base pour construire une démocratie.



Nous avons récemment entendu un représentant du régime syrien au Conseil de sécurité des Nations-Unies utiliser la cause palestinienne et son évolution douloureuse et honorable pour couvrir les crimes effroyables commis en Syrie. Nous disons au régime syrien et à ses représentants : ce n’est pas en notre nom, ce n’est pas au nom de la Palestine que ces crimes sont perpétrés dans notre Syrie bien-aimée, oh les tueurs ! N’utilisez pas notre juste cause pour masquer vos crimes inhumains contre nos frères et sœurs syriens. C’est le peuple syrien qui a, historiquement, adopté notre cause, et sacrifié des martyrs pour elle, pas votre régime, dont nous avons des souvenirs douloureux. Nous n’oublierons jamais son rôle dans le massacre de Tel Az-Zaatar en 1976, ni dans cet assaut épouvantable contre le camp de réfugiés de Nahr al-Baret près de Tripoli en 1983, ni le siège des camps à Beyrouth en 1985, ni aucun de tous ces autres actes qui ont affaibli amèrement l’unité nationale palestinienne. Ne vous servez pas du nom de Palestine, car ce nom n’est plus un atout pour vous.



Une Syrie unifiée, libre et démocratique est ce dont la Palestine a besoin, et c’est la Syrie qui est en train de naître aujourd’hui, du ventre d’une révolution sanglante déclenchée par un grand peuple. Nous sommes confiants que le nom de Palestine restera dans le cœur de ce peuple courageux, en révolte, et de son élite culturelle.





Mourid Barghouti (poète et écrivain)

Taher Riyad (poète)

Ghassan Zaqtan (poète)

Zuhair Abu Shayib (poète)

Azmi Bishara (intellectuel)

Mahmoud Ar-Rimawi (écrivain)

Ma’an al-Biyari (écrivain et journaliste)

Youssef Abu Laouz (poète)

Najwan Darwish (poète)

Rub’i al-Madhoun (romancier)

Adel Bishtawi (écrivain, romancier et chercheur)

Antoine Shalhat (écrivain et critique)

Fakhri Salih (critique)

Hussein Shaweesh (écrivain)

Huzama Habayeb (écrivain et romancier)

Nasr Jamil Shaath (poète)

Ahmed Abu Matar (critique universitaire, chercheur et militant)

Mohammad Khalil (écrivain)

Youssef Abdel Aziz (poète)

Moussa Barhouma (écrivain)

Issa Ash-Shu’aibi (écrivain)

Moussa Hawamdeh (poète)

Na’il Balaawi (poète)

Khalil Qandeel (écrivain)

Ghazi at-Theeba (poète)

Wissam Joubran (poète et musicien)

Omar Shabana (poète)

Qusai al-Labadi (poète)

Ali al-Aamari(poète)

Jihad Hudeib (poète)

Ziad Khaddash (écrivain)

Nasr Rabah (poète)

Bassem Al Nabrees (poète et écrivain)

Raji Bathish (écrivain)

Shaher Khadra (poète)

Raed Wahish (poète)

Asma Azaiza (poète)

Mahmoud Abu Hashhash (poète)

Khodr Mahjaz (écrivain, poète, chercheur, critique universitaire)

Bassel Abu Hamda (écrivain)

Ibrahim Jaber Ibrahim (écrivain)

Abdullah Abu Bakr (poète)

Osama al-Rantisi (écrivain)

Issam As-Saadi (poète)

Khalid Juma (poète)

Naim al-Khatib (écrivain)

Akram Abu Samra (poète)

Hanin Juma Takrouri (writer) Najwa Chamoun (poète)

Mohamad As-Salimi (poète)

Hani As-Salimi (romancier)

Bilal Salameh (poète)

Osama Abu Awad (écrivain)

Jaber Sha’at (poète)

Youssef al-Qadra (poète)

Nesma al-Aklouk (écrivain)

Othman Hussein (poète)

Rizk al-Biyari (poète)

Yasser al-Wiqaad (poète)

Subhi Hamdan (écrivain)

Imad Mohsen (écrivain)

Leila Violet (poète)

Tayseer Muheisen (écrivain, critique et militant politique)

Fayez As-Sirsawi (artiste visuel et poète)

Rajab Abu Sirriyeh (écrivain)

Fuad Hamada (critique universitaire, chercheur, et militant politique)

Mai Nayif (critique universitaire, chercheur et militant pour l’égalité des sexes)

Yusri Al-Ghul (écrivain et critique)

Hussein Abu An-Najja (écrivain et chercheur universitaire)

Nasr Aliwa (romancier et critique)

Abdel Karim Aliyan (écrivain et chercheur en enseignement)

Walaa Tamraz (chercheur et écrivain politique)

Omar Sha’aban (écrivain et chercheur) Hassan Mai (écrivain et critique universitaire)

Ma’an Samara (poète et journaliste)

Mohamad Hassouna (universitaire et critique)

Aoun Abu Safia (romancier)

Atif Hamada (poète et critique universitaire) Ghiath al-Madhoun (poète)

Rajaa Ghanem (poète)

Tariq al-Karmi (poète)

Ahmed al-Ashqar (poète)

Ali Abu Khitab (poète et écrivain)

Dunia al-Amal Ismail (poète)

Isra Kalash (écrivain)

Moussa Abu Karash (poète et écrivain)

Abdel Fitah Shihada (poète et romancier)

Yasser Abu Jalala (poète et artiste visuel)

Khalil Hassouna (poète et romancier)

Muheeb al-Barghouti (poète)

Abdel Nasr Aamer (poète et artiste visuel)

Nidal al-Hamarna (écrivain)

Ashraf Amro (écrivain)

Asma Nasr Abu Ayyesh (écrivain et journaliste)

Maya Abu al-Hiyaat (écrivain)

Zeinat Abu Shaweesh (écrivain)

Suzanne Salameh (poète)





Publication Wadistocracy :



Le texte original en arabe est disponible ici : https://www.facebook.com/notes/yass....



J’ai pris quelques petites libertés pour l’intérêt de la clarté et de la facilité du texte en anglais, mais en essayant de rester aussi fidèle au texte que possible. J’ai aussi pris la liberté d’ajouter « lui ou elle » (intellectuel) ce qui n’est pas généralement utilisé dans l’arabe pour des raisons de style mais je sens que c’est dans l’esprit de la déclaration puisque les femmes sont parmi les signataires.



Yassin Al Haj Saleh







9 février 2012 - traduit de l’arabe et publié par wadistocracy واديقراطية - traduction de l’anglais : Info-Palestine-JPP

verrsion anglaise: http://wadiqratiya.wordpress.com/2012/02/09/palestinian-intellectuals-to-syrian-regime-not-in-our-name-english-trans/