dimanche 25 septembre 2011

la syrie dans toute son horreur

Zainab Al Hosni (droits réservés)
Amnesty International a dénoncé vendredi 23 septembre les exécutions de prisonniers en Syrie, citant notamment le cas d'une jeune fille de 18 ans arrêtée à Homs et dont le corps mutilé a été retrouvé par sa famille. Il s'agit, selon Amnesty, du 103e cas recensé, et le premier concernant une femme, d'un décès en détention en Syrie depuis le mois de mars et le début de la contestation contre le régime du président Bachar Al-Assad.

Le corps de Zainab Al-Hosni a été découvert par sa famille le 13 septembre dans un hôpital militaire où ses parents s'étaient rendus pour identifier le corps de son frère Mohammad, lui-même arrêté, apparemment torturé, et mort en détention. Zainab a été décapitée, démembrée et écorchée, affirme Amnesty. "Nous avons eu des informations ces derniers mois concernant des manifestants dont les corps mutilés ont été restitués à leur famille, mais celui-ci est particulièrement choquant", a commenté le directeur adjoint d'Amnesty pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.
PLUS DE 2 700 MORTS SELON L'ONU
Zainab Al-Hosni avait été enlevée par des hommes en civil le 27 juillet, apparemment pour faire pression sur son frère Mohammad pour qu'il se rende. Agé de 27 ans, il participait à l'organisation de manifestations à Homs. Après l'arrestation de sa sœur, il aurait été informé lors d'une communication téléphonique qu'elle ne serait libérée que s'il mettait fin à ses activités, indique Amnesty. Arrêté le 10 septembre, il a été détenu à Homs. Le 13 septembre, sa mère a été convoquée pour récupérer son corps dans un hôpital militaire. Il portait des traces de torture, notamment des traces de coups sur le dos et de brûlures de cigarette, ainsi que des impacts de balles sur les bras, les jambes et le torse. Sa mère a ensuite découvert le corps de sa fille dans le même hôpital mais n'a été autorisée à le récupérer que le 17 septembre après avoir signé un document selon lequel ses enfants avaient été tués par une "bande armée".
Amnesty indique également avoir recueilli les noms de 2 200 personnes tuées depuis le début de la contestation en Syrie. Selon l'ONU, la répression a fait plus de 2 700 morts depuis le début du mouvement mi-mars et selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH, basé en Grande-Bretagne) 70 000 personnes ont été détenues.

Suite de l'article ici : 








D'autres liens qui montrent que le régime s'est lancé dans une spirale de violences tout azimut.

http://syrie.blog.lemonde.fr/2011/09/24/bachar-al-assad-sur-les-traces-de-pol-pot/



Mon message s'adresse à tous les libanais et spécialement à ceux qui soutiennent le hezbollah libanais. Comment peut on fermer les yeux sur les crimes contre l'humanité de son voisin. Bashar fait si peur aux libanais. le courage qu'on associe aux libanais n'est il que mensonge. comment le hezbollah libanais peut il fermer les yeux sur des crimes que même les sionistes ne font pas subir aux palestiniens. comment peut on considérer ce pouvoir criminel comme un allié. Le silence ne peut s'expliquer que de 2 manières: où il est complice de ces crimes et alors il devient aussi criminel par sa complicité ou il n'est pas d'accord avec ces crimes et c'est qu'il a peur de son voisin ou qu'il a peur de la chute de son voisin et qu'il se retrouve fragilisé face à Israël. dans le cas où c'est le second cas ou même le dernier cas, ça voudrait dire que la force et le courage qu'on lui accorde n'est que du vent. La Turquie a décidé de s'opposer fermement au gouvernement syrien et on ne peut l'accuser d'être pro sioniste parce qu'actuellement, il n'hésite pas à dire ses 4 vérités à Israël ce que n'a jamais fait le pouvoir syrien malgré de nombreuses agressions à l'encontre de son territoire et de son peuple. le peuple syrien attend un peu plus du peuple libanais que ce lâche silence.

4 commentaires:

tournoi poker maroc a dit…

merci , tres bon blog.. j'aime ton blog

Anonyme a dit…

Zainab Al-Hosni enlevée et tuée parce qu’elle était la sœur du militant pro-démocratie Mohammed Dib Al Hosni.
Le 27/Juillet/ 2011, Zainab Al-Hosni, 18 ans, est enlevée à son domicile, lors d'une perquisitions destinée à arrêter son frère Mohammad militant pro-démocratie, à Homs par les services de sécurités du régime Syrien.
Le 10/septembre/2011, le frère de l'otage s'est rendu aux services de sécurités pour libérer sa sœur.
Le 13/septembre/2011 Le corps de Mohammad Al-Hosni a été rendu à la famaille, La machoire cassée et des traces de brûlure au visages,Il a reçu une balle dans la bouche et 3 balles à la poitrine et une balle dans l'épaule et une autre au bas du ventre.
http://youtu.be/snFJwJxrs4c
le 17/septembre/2011 Le corps de Zainab Al-Hosni a été rendu à sa mère, décapitée, démembrée et écorchée. enfermée dans un sac poubelle.
http://youtu.be/HD5SGU6icuQ
Le 18/septembre/2011 Les Funérailles de Zainab Al-Hosni sa famaille a été forcé de l'enterrer en toute discrétion, Il a également été contraint de signer une déclaration affirmant que sa fille avait été kidnappée, violée et tuée par des "terroristes armés",
alors que son arrestation s’était déroulée en plein jour, en présence de nombreux témoins.
http://youtu.be/tJ0uKyEONeY
le frère de l'otage
http://youtu.be/roMyPXX2bmo

Ayoub Mabrouk a dit…

c'est la premiere fois que je visite ce blog je le trouve super
bonne continuation je vous invite également à visiter mon blog
http://ayoubmabroouk.blogspot.com/

Tahar, coeur de lyon a dit…

C'est notre devoir de témoigner et de se battre pour la paix et la justice