lundi 11 mars 2013

Elle était belle et digne avec son foulard

Dans l'affaire Mohamed Merah que j'avais peu suivi, étant à l'étranger, ce que j'ai surtout retenu, c'est le combat mené par Latifa Ibn Ziaten. L'autre jour ma femme qui est peuportée sur l'actualité avait pleuré en l'écoutant et juste d'avoir su ça, j'avais envie de la découvrir  et d'en parler. Je ne suis pas un grand partisan des armées quel que soit le pays. Je suis plutôt antimilitariste mais ce combat mené de bout en bout par cette femme pour l'amour de son fils et aussi pour son honneur est admirable. Dans l'Histoire de l'Humanité, les femmes ont toujours été plus combatives , plus fortes quand il s'agissait de sauver l'honneur d'un enfant ou pour retrouver un enfant disparu. Elles sont aussi les plus à souffrir. Les combats menés par les femmes pour l'amour de leur fils ont les a vu au Chili, Argentine, Liban, Palestine, Algérie, Syrie, Bosnie. Partout dans le monde où des guerres se produisent, des femmes sont là pour défendre le souvenir de leurs enfants.

Mais dans notre cas, non seulement, Latifa Ibn Ziaten s'est préoccupée de son fils lâchement assassiné mais plus que tout, elle a voulu combattre au nom de l'Islam que l'actualité a tenté de souiller et plus fort que tout, elle a pardonné au criminel et mène une bataille au sein de la jeunesse musulmane pour éviter qu'elle ne se perde dans les dérives extrémistes et terroristes. Là où le pouvoir français stigmatise, menace, elle a opté pour l'éducation en s'appuyant sur Dieu et l'Islam mieux qu'aucun homme de religion n'a réussi à faire et pour ça, elle mérite tous les compliments. Je suis content qu'elle puisse ressentir un peu de paix intérieur après que l'honneur de son fils ait été respecté et je suis fier du combat qu'elle mène avec des mots simples pour la fraternité citoyenne. . Pour tout ce qu'elle fait, elle mérite mieux que beaucoup, la légion d'honneur pour service rendu à la fraternité. Ne soyons pas étonnés  de l'absence de Jeannette Bougrab, c'est l'antithèse de Latifa Ibn Ziaten et puis une femme comme Jeannette Bougrab , fière du passé de son père Harkoi et qui considère qu'un foulard sur la tête, c'est sale et que c'est aux Musulmans de s'adapter à la République, se disant elle même athée et fière de l'être aurait du mal à communiquer avec Latifa Ibn Eiaten

video



video



 Son association à soutenir: http://association-imad.fr/

quelques liens pour mieux appréhender l'article : 

 http://midi-pyrenees.france3.fr/2013/03/11/ceremonies-toulouse-en-hommage-imad-ibn-ziaten-premiere-victime-de-merah-213719.html

 http://www.saphirnews.com/Imad-Ibn-Ziaten-premiere-victime-de-Merah-decoree-a-titre-posthume_a16392.html

 http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/La-Legion-d-honneur-pour-la-premiere-victime-de-Merah-595808

 http://www.rmc.fr/editorial/356264/latifa-ibn-ziaten-mere-dune-victime-de-merah-il-a-touche-les-enfants-de-la-republique/

 http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/Terriennes/Videos/Reportages/p-24665-Le-courage-de-Latifa-Ibn-Ziaten-a-l-ombre-de-l-affaire-Merah.htm

http://www.liberation.fr/societe/2013/03/11/hommage-a-toulouse-a-la-premiere-victime-de-merah_887613

Aucun commentaire: