mercredi 8 octobre 2008

Jacques Brel résume à lui seul la Belgique

Dans le monde, celui qui ne connait pas Jacques Brel, je ne l'ai pas encore rencontré. Le problème c'est que connaître l'homme ce n'est pas la même chose que connaître son oeuvre. Si les chansons de Jacques Brel font l'unanimité, il n'en est pas de même du personnage. Si on devait juger l'oeuvre en fonction de l'homme, il n'y aurait personne pour écouter du Brel au risque d'être catalogué dans le mauvais registre. Mais comme il n'est pas de bon goût d'égratiner les légendes, on n'en dira pas trop. Il n'empêche, ça vaut le coups de lire ceci pour découvrir un Brel bourré de contradictions.

2 commentaires:

ciboulette a dit…

houhou je viens enfin de découvrir sur ton blog un genre de sommaire que tu mets dans archives et de plus en fin de colonne ! A mon très n'humble abis, il serait peut être bien de poser ta liste en tête de colonne pour qu'on puisse surfer plus facilement sur tes différents articles. Bon, voilà, j'ai quand même trouvé la clef au bout de tout ce temps. C'est peut être une incitation à gratter un peu pour te découvrir !
Pour ce que est de Brel, j'ai découvert très tard que la chanson mythique "Ne me quitte pas" qui était pour moi un chef d'oeuvre est en fait une oeuvre entièrement tenue par un sentiment pervers. (voui, merci bénédicte !).

Bise houhou à très bientôt ! Et j'espère un de ces quatre tous ensemble quelque part dans un coin de nos campagnes.

Tahar, coeur de lyon a dit…

Oui la liste des archives est en fin de colonne et elle restera là pour inciter les gens à aller tout en bas quitte à s'arrêter au passage. Cette liste des archives si je la mets en tête de colonne risquerait d'occuper tout l'espace. Il y a actuellement plus de 500 articles.

Pour ce qui est de Brel, c'est vrai moi-même j'avais été étonné quand j'ai voulu aller un peu plus loin que la mélodie et encore, j'ai l'impression de n'avoir gratter que la surface. A son époque, les moeurs semblaient quoi qu'on en pense plus libérées qu'aujourd'hui. que risque -t-on pas de découvrir. Et dire qu'il y a de nombreuses écoles et rues qui portent son nom.
Ne risque t'on pas un jour de le maudire, malgré la qualité mondialement reconnu de ces chansons. A Lyon des rues ont été débaptisées parce les noms qu'elles portaient n'étaient plus au goût du jour. Et moi même personnellement il y en a une la rue 'Bugeaud' l'équivalent d'un himler ou d'un Karadzic ou Mladic que je serai prêt à moi-même déboulonné.