dimanche 23 octobre 2011

Les sympathisants de la Syrie étaient au rendez vous avec le peuple syrien

Ce fut une journée formidable haute en couleurs arrosée de mille rayons lumineux. Cette marche qui se voulait solidaire de la lutte du peuple syrien pour acquérir le droit d'être libre et souverain fut un total succès.
Pour avoir une idée de l'ambiance qui régna durant la journée, je vous invite à cliquer sur ce lien http://facebook.com/freesyrialyon en attendant de publier une vidéo qui résumera la journée.
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.282703405085345.72286.246642605358092&type=1

video

video


Je me suis procuré les 2 discours de début et de fin du collectif de militants de la cause syrienne qui organisa cette manifestation du samedi 22 octobre 2011 à Lyon, de la place Bellecour à la place des Terreaux. De nombreux chants révolutionnaires, un poème , une minute de silence, un lâché de ballons avec des petits billets contenant une liste de victimes de la guerre et un extrait de poèmes 'une poétesse syrienne, beaucoup de slogans et quelques discours d'organisations participantes. Sans oublier, la présence de délégations de militants de la cause syrienne venus de Paris, Genève et d'ailleurs. Une liaison en directe de Syrie a été tentée mais la difficulté d'obtenir une ligne de qualité a obligé les organisateurs à interrompre la communication. Un pic nique avait été préparé par l'équipe de Lyon à l'attention des militants venus de loin. et à part de petits incidents entre des Kurdes venus soutenir la manifestation et quelques turcs nationalistes, tout se déroula parfaitement bien. Amusant lors e la marche, un algérien qui n'était pas d'accord avec cette manifestation, l'esprit trop englué dans un anti américanisme primaire demanda à ce qu'un drapeau algérien qui ornait le véhicule e tête soit retiré comme si ce monsieur représentait l'opinion de la totalité du peuple algérien. Le drapeau algérien et aussi marocain, tunisien, palestinien, libyen restèrent accrochés au véhicule parce que la révolution syrienne concerne l'ensemble du monde arabe


Discours du début:

Discours à l’attention du public samedi 22 octobre 2011  


Messieurs, mesdames, mes chers compatriotes,
Je tenais tout d’abord à vous remercier d’avoir pris la peine de nous rejoindre pour cette manifestation de solidarité en faveur du peuple  syrien qui tous les jours démontre sa volonté de vivre en démocratie dans un pays libre débarrassé d’une dictature imposée depuis plus de 40 ans par le clan EL Assad.

Je m’étais personnellement engagé à ne pas vous imposer un long discours mais il est difficile de se taire quand il s’agit de son propre pays et du malheur qui frappe son peuple. En de telles circonstances, il est même presque impossible de retenir ses larmes.
Le peuple Syrien ne s’est pas réveillé aujourd’hui ; ça fait des années qu’il subit dans son ensemble une implacable répression souvent sanglante.
Mais le bruit de la liberté chèrement acquise par les peuples de Tunisie et d’Egypte a été entendu en Syrie et après maintes tentatives, la révolution a démarré à la seconde quinzaine de  mars 2011.  Les manifestations se voulaient pacifiques. Le peuple réclamait plus de liberté mais le régime de Bashar a opté pour la répression, la loi du plus sort en simulant une ouverture illusoire. Il a magné la carotte et le bâton. Je dirai même une carotte virtuelle et un bâton bien solide et douloureux à l’extrême.
Cette fois-ci la répression n’a pas donné les résultats attendus par la dictature. Le mouvement de révolte s’est amplifié et étendu sur  tout le territoire.
Et depuis le 18 mars, tous les jours, toutes les nuits, le sang coule. Le peuple Syrien qui a opté pour la non violence meurt tous les jours sous les balles et la torture.
La répression est quotidienne et systématique. Pas un jour où la couleur du deuil n’assombrit pas le ciel.
Personne n’est épargnée,  la milice de bashar ou ses soldats tuent ; violent, torturent.
Si nous avons décidé d’organiser cette manifestation  et d’en prévoir  d’autres  encore, c’est pour soutenir ceux qui en  Syrie manifestent avec courage mais avec la mort en guise de récompense.
Ils manifestent parce qu’il s veulent vivre libre,
ils manifestent parce qu’ils ne veulent plus de corruption
ils manifestent parce qu’ils ne veulent plus de Bashar et son clan.
Ils manifestent parce qu’ils ne veulent plus avoir honte d’être syrien
Ils manifestent aussi et surtout parce qu’ils n’ont plus peur

Et nous qui nous trouvons ici en sécurité que pouvons nous bien faire pour les soutenir.
Il ne s’agit pas de prendre les armes même si en Syrie des militaires qui refusent de tirer sur le peuple ont décidé de le protéger au péril de leurs vies et en affrontant les troupes et milices de Bashar
Pour nous, l’expression de notre solidarité peut se traduire  comme pour le peuple libre de Syrie, c'est-à-dire manifester  à leurs côtés même si nous nous trouvons à des milliers de km.
Ils ont besoin de notre soutien.
Ils ont besoin de nous  sentir à leurs côtés. 
La bataille va être rude, d’autant plus  que le régime de Bashar  ne veut rien lâcher.
La répression est toujours aussi violente et meurtrière. Le monde regarde autour de lui tout ce qui se passe mais la Syrie, il ne la voit pas, comme si elle n’existait pas comme s’il était sourd aux cris de douleur du peuple de Syrie.
Il y a 2 jours, le peuple libyen exprimait sa joie à la mort de Khadafi. Même si le peuple syrien partageait le bonheur du peuple libyen débarrassé d’un dictateur, Lui-même ne souhaite pas la mort de  bashar  mais juste qu’il dégage et qu’il soit jugé pour tous ses crimes et ceux commis par les hommes de son régime à l’encontre de la population civile.
Nous venons de vivre en moins d’1 an un véritable séisme politique dans le monde arabe avec la chute successive des dictatures tunisienne, égyptienne et libyenne. Souhaitons que le prochain à tomber soit Bashar El Assad.
Avant de vous inviter à démarrer la marche, je souhaite vous inviter à une minute de silence en hommage aux martyrs syriens tout en ayant une pensée aux autres peuples qui luttent pour leur liberté à travers le Monde
Discours de fin
Discours de clôture manifestation Syrie 22 octobre 2011
Merci chers amis,
Merci chers compatriotes
Merci  d’avoir bravé le froid et être venus pour certains de si loin pour soutenir le peuple syrien
Il saura tout à l’heure qu’à Lyon des citoyens n’étaient pas aux abonnés absents et qu’ils ont voulu à travers cette manifestation marquer leur solidarité avec son combat pour la liberté et la démocratie.
C’est au nom du peuple libre de Syrie, peuple qui n’a plus peur que je vous remercie de votre présence. Le combat même s’il est difficile n’est pas vain. Le peuple libre de Syrie ne veut plus voir son destin lui échappé en décidant une fois pour toute de s’émanciper d’une dictature sanguinaire.
Le mouvement est irréversible et ceux qui croient que la répression aura raison de la volonté populaire se trompent. Ceux qui croient que plus encore de répressions auront  raison de la foi en la liberté et la justice se trompent encore plus. Pour le régime de bashar, l’heure est venue d’arrêter l’effusion de sang parce qu’il est trop tard pour lui. Trop tard  pour les réformes, trop tard pour la paix des braves.  La poubelle de l’Histoire attend que cette parenthèse inhumaine de la dynastie des Assad  en Syrie s’achève. 
 Nous vous inviterons à de nouvelles actions et cela tant que durera ce régime de la honte. Nous savons que le combat sera long mais nous seront toujours avec nos compatriotes qui quand ils manifestent risquent la mort.  Je sais qu’il y a encore de nombreux syriens et syriennes en rance qui n’osent pas encore  s’exprimer  publiquement de peur de représailles à leur encontre ou à l’encontre de leur famille. Viendra le jour où plus personne n’aura pas peur. Ce jour là, nous serons que nous aurons gagné.
Avant de nous quitter, nous allons procéder à une ultime minute de silence pour honorer toutes les victimes passées présentes et futures de cette révolution populaire syrienne qui se veut pacifique et qui risque de tourner à une confrontation militaire même si le désir le plus cher du peuple libre de Syrie est de ne pas verser le sang.
Cette minute de silence que nous souhaitons digne sera accompagnée ‘un lâché de ballons aux couleurs de la  Syrie ; Plusieurs de ces ballons seront accompagnés d’extraits de poèmes d’une poétesse syrienne qui signe par son pseudo Airelle et d’extraits de martyrs civils tombés au nom d’une Syrie libre et démocratique.

Aucun commentaire: