lundi 17 mars 2008

N'est pas juif qui veut

J'ai déniché un article assez intéressant sur la question de l'émigration vers Israël des juifs Falashas qui fait apparaître que le gouvernement est assez partagé sur la poursuite de l'immigration en provenance d'Ethiopie . Grâce à cet article , on découvrira que les critères pour être autorisé à émigrer vers Israël sont bien différents des critères en vigueur en France.

2 commentaires:

SaM a dit…

Je ne comprend pas ta question, cette immigration des Falashas en Israël à toujours étais faite sur des critères religieux dans le but de permettre aux populations Juive de ce Pays d'immigrer en Israël et de se soustraire de la pauvreté. Si Israël pense que se programme de rapatriement n'a plus lieu d'être, c'est un choix politique(Il sauve les leurs, il ne vont pas sauvé toute l'Éthiopie). Et ce choix n'a rien avoir avec les autres vagues d'immigration géré sur la base des mêmes critère qu'en France.

Tahar, coeur de lyon a dit…

Bonjour Sam, je suis totu à fait d'accord avec toi en partie. Mon propos avait pour objet d'expliquer que chaque pays utilisait des critères pour faire appel à de la main d 'oeuvre qui n'étaient pas du tout les mêmes. Pour Israël, les choses sont plus compliquées encore. Israël n'est pas un état laïc mais un état religieux sans constitution. Le des lois permet à tout juif de s'installer en Israël. C'est au nom de cette loi que des dizaines de milliers de juif s dans le monde s'ont venu grossir les rangs des colons dans les territoires occupés ou renforcer l'armée israélienne. Le problème est que certains immigrants ne sont plus la bienvenue: les falashas ont font parti. C'est pour cette raison qu'en Israël le débat est ouvert. Pour ce qui est des juifs russophones, les autorités reconnaissent que beaucoup ne sont pas juifs mais c'était une manière comme une autre de quitter la russie surtout à l'époque soviétique. A côté de cetté immigration juive , s'est gréffé des clandestins africains qui gétorisent certaines agglomérations notament au sud Israël et une immigration asiatique 'philippine et chinoise' venue remplacée les travailleurs palestiniens qui n'étaient plus la bienvenue en Israël.
Dans un Etat non laïc, la cohabitation religieuse et raciale commence à poser de sacrés problèmes.
D'autant plus que d'autres communautés juives notamment en Inde, réclament aussi le droit au 'retour'
Cette politique de retour dans le cadre d'un térritoire non extensible légalement explique mieux la politique d'annexion dans les territoires occupés et est l'une des causes principales des tensions actuelles entre Israël et la Palestine. Et je ne parle même pas du problème de l'eau qui n'est pas réparti équitablement entre populations arabes et juives.

On comprend un peux mieux, l'aspect explosif de la région.