dimanche 31 octobre 2010

Route du Rhum: c'est parti pour le bateau citoyensdumonde.net

 Le départ de la 9e Route du Rhum a comme prévu été donné à 13h02 à la pointe du Grouin, près de Saint-Malo. Les 85 bateaux sont partis en direction de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, pour un parcours de 3543 milles (6377 km).



 
et c'est avec une immense joie que je vais suivre la course avec pour la première fois un bateau aux couleurs des Citoyens du Monde.


mais n'hesitez pas aussi à suivre le site officiel  lié aux citoyens du Monde et associé à la route du Rhum
http://citoyensdumonde.net/     et les 3 sites officiels des citoyens du monde pour en savoir un peu plus sur le mouvement  http://citoyensdumonde.fr/    , http://recim.org/ et http://ascop-cdm.over-blog.com/

Vidéo du départ de la route du Rhum 2010











vendredi 29 octobre 2010

Afghanistan: ce n'est plus une guerre mais un jeu de massacre

La première victime de la guerre, c'est la vérité






la barbarie américaine en Irak et en Afghanistan que je n'ai jamais cessé de dénoncer dans ce blog apparaît au grand jour. Oui à partir des documents de wikileaks, on peut dire aujourd'hui clairement et ouvertement que les Etats unis sont une pussance criminelle dont les dirigeants peuvnt être passibles de la haute cour de justice internationale. et qu'à ce titre, ils ne peuvent même pas se permettre de juger les autres nations.


La guerre en Afghanistant est une succession de bavures.

.http://blog.mondediplo.net/2009-05-07-De-bavure-en-bavure-en-Afghanistan



Battle for Hearts and Minds Trailer from Danfung Dennis on Vimeo.

jeudi 28 octobre 2010

Magasin pour rien

Avez-vous 5 minutes ?

C'est le temps qu'il faut pour voir le reportage sur le "Magasin pour rien" créé à Mulhouse, en lien avec la Maison de la Citoyenneté Mondiale. Reportage fait par la chaîne "Al Arabya" de Dubaï.



Je ne m’autorise pas à haïr, la haine est une prison

C'est par ses mots que le docteur Izzeldin Abuelaish  est intervenu , ce mercredi soir, avec quelques députés européens de la Commission du Parlement européen chargée des relations avec le Conseil législatif palestinien.

Je n'étais pas présent mais je me souviens parfaitement de cette terrible scène où le docteur passait en direct  sur la télé israélienne au même moment où un obus atteignait sa maison à Gaza.  La suite vous la découvrirez ici.

Pour ce qui s'est dit lors de la visite du docteur Izzeldin Abuelaish, je vous renvoie vers l'article de Patrick Le Hyaric ici

Izzeldin Abuelaish voyage beaucoup pour défendre la paix et l'entente entre israéliens et palestiniens malgré ce qui lui est arrivé.

voici quelques liens qui parlent de sa démarche à encourager

lien1: http://iqra.ca/?p=2368 qui parle de sadémarche pour la paix entre Juifs et Musulmans
lien2: http://www.bloomsbury.com/Authors/details.aspx?tpid=13823 qui parledu livre qu'il a écrit et qui raconte sa terrible histoire


et un lien vers son blog en hommage à ses filles et son neveu massacrés pas un tir d'obus israélien http://www.daughtersforlife.com/




L'holocauste des Juifs Sépharades

« Je vais faire très mal. Mais il faut dire la vérité. Sinon, jamais les plaies ne se cicatriseront : il y a une personne, encore en vie aujourd’hui, qui sait absolument tout ce qui s’est passé. Cet homme, c’est Shimon Peres. La seule manière de savoir la vérité et de commencer le travail de deuil et de cicatrisation, ...c’est d’enquêter sur le rôle qui fut le sien dans l’empoisonnement de masse de plus de 100 000 enfants et adolescents séfarades.»

A voir, à lire, à partager mais j'y reviendrai plus en détails
 
http://www.futurquantique.org/?p=59
 
http://www.planetenonviolence.org/Israel-Les-Enfants-Irradies-du-Sionisme_a1047.html
 

Une visite qui fait plaisir

N’en déplaise à tous ceux qui s’étouffent de rage en voyant cet homme admirable, de 93 ans, dire ce qu’il pense et faire ce qu’il dit, Stéphane Hessel, qui s’est toujours rangé du côté des opprimés, est aujourd’hui à Gaza. Entré par l’Egypte, il est venu réconforter par sa présence les enfants de Gaza, traumatisés jour et nuit par le bruit incessant des F16 et drones au-dessus de leurs têtes. En donnant une conférence au Centre Culturel français de Gaza ce jeudi, il montre une fois de plus, de manière emblématique, de quel côté sont les victimes et aussi que les supporters des crimes israéliens sont des escrocsquand ils prétendent parler au nom de tous les Juifs.



 
 

C'est qui le prochain ?

Les barons du parti socialiste défilent dans la région. Il y a 15 jours, c'était Delanoé à Bourg en bresse pour la rentrée du PS local où il s'était fait brocardé par des militants pro palestiniens et ce mercredi, c'était au tout de Ségolène Royal de venir apporter la bonne parole. Ce mercredi la concurrence était grande pourtant avec le match Lyon Paris St Germain qui après une domination de Lyon fut gagné par Paris St Germain.
Il n'empêche match ou pas , les militants du PS voulaient voir Ségolène en chair et en os et peut être même décrocher un autographe et comme ils furent nombreux, vous devez imaginer qu'il n'était pas facile d'organiser un débat. La salle était noire de monde ' plus de 4000 personnes. Son public avait été mobilisé et il vint en nombre occupé le terrain et l'applaudir;
Au fait l'applaudir mais pourquoi. Je me suis ennuyé à mourir ou plutôt à m'endormir.
Des paroles, toujous des paroles et à l'eau de rose et le tout emballées avec un beau sourire.
elle aborda le thème des jeunes, puis la retraite et Jaures et même un Guy Mocquet


Voici un article, ici, qui décrit le contenu de cette réunion où on nous a raconté une belle hstoire comme sait si bien raconter Ségolène Royal . De belles paroles au sortir de l'été et au milieu de l'automne qui comme les feuilles seront emportées par le vent et si ce n'est pa le cas, il y aura toujours un François Hollande pour nous rappeler que les paroles ce n'est pas important, que la seule chose importante ce sont les traces laissées. La leçon a été retenue depuis un bon bout de temps et ce ne sont pas les citations de Jaures qui y changeront quelque chose.

mardi 26 octobre 2010

Le Vatican envoie un NON cinglant aux sionistes du monde entier

On dira ce qu'on voudra mais ce synode qui s'est réuni au Vatican du 10 au 24 octobre 2010 et qui a réuni 180 prêtres  restera dans les annales de l'Histoire comme le plus violent réquisitoire contre l'état israélien qui comme à son habitude ressort le bon joker maintes fois usé de l'antisémitisme.

Dans son "message", le synode pour le Moyen-Orient a demandé samedi qu'il soit mis fin à l'occupation israélienne des "différents territoires arabes" concernés.

En parallèle, lors de la conférence de presse finale du synode, le président de la commission ayant rédigé le message, Mgr Cyrille Salim Bustros a affirmé que l'Etat hébreu ne pouvait pas utiliser la Bible pour défendre une politique de colonisation.

Israël ne peut pas s'appuyer sur le terme de "Terre promise" figurant dans la Bible pour "justifier le retour des juifs en Israël et l'expatriation des Palestiniens", a estimé Mgr Bustros, archevêque libanais de rite grec-melkite de Newton (Etats-Unis).

Le vice-ministre des Affaires étrangères israéien  Danny Ayalon s'est dit "particulièrement scandalisé" par ces remarques, appelant le Vatican "à se distancier des propos de l'archevêque Bustros qui sont calomnieux à l'encontre du peuple juif et l'Etat d'Israël".

Dans sa note, le père Lombardi a invité à se référer au seul message final du synode. Toutefois, dans un passage adressé à "nos concitoyens juifs", ce document estime qu'il n'est "pas permis de recourir à des positions bibliques et théologiques pour en faire un instrument pour justifier les injustices".

l'article complet est visible ici et des informations complémentaires et un dernier ici avec une vidéo le premier jour du synode

lundi 25 octobre 2010

Il faut sauver le citoyen Oussama Atar

Le Belge Oussama Atar est détenu depuis six ans en Irak après avoir été condamné là-bas pour des raisons obscures à 10 ans de prison. Face à la détérioration de sa santé, sa famille essaie de le faire rentrer en Belgique pour qu'il puisse être suivi par un médecin. C'est incroyable, le nombre de citoyens européens enlevés, torturés emprisonnés depuis le 11 septembre 2001 et pour lesquels il semble qu'une omerta ait été instaurée et une complicité européenne des plus active. en tant qu'européen, il est de notre devoir de réagir et pas seulement pour les européens mais pour l'ensemble des citoyens victimes de cette nouvelle barbarie qui sous couvert de lutte contre le terrorisme  bafoue les droits esseniels de chaque citoyen du Monde. Ceux qui pensent être à l'abri de ce fléau se trompent lourdement. A tout moment, ils peuvent se retrouver pris dans le piège de ce totalitarisme qui ne dit pas son nom.


Le jeune homme Oussama Atar a été emprisonné à la prison tristement célèbre d'Abou Ghraib après avoir été condamné à dix ans de prison. Selon lui, c'était pour importation illégale de matériel médical et de médicaments, d'autres disent qu'il s'agissait d'un trafic d'armes.

Quand les Américains ont quitté le pays, ils ont promis qu'il pourrait revenir en Belgique", explique sa soeur au journal. Mais Oussama Atar a été remis aux Irakiens et reste détenu à Bagdad. Son état de santé s'est dégradé et son statut de sunnite dans une prison dirigée par des chiites ne l'aide pas.
 
Les Affaires étrangères disent faire le maximum pour tenter quelque chose. L'ambassade de Belgique en Jordanie se mobilise, tout comme Amnesty International et la Croix-Rouge. Oussama Atar, 26 ans, n'est pas considéré comme dangereux en Belgique.

En septembre , les autorités belges ont obtenu qu'il soit déplacé vers une prison plus moderne, où il peut bénéficier d'un suivi médical. Mais aucun traité bilatéral n'existe avec l'Irak pour que la Belgique demande qu'il termine de purger sa peine en Belgique. L'annonce par les équipes médicales de la prison qu'Oussama Atar allait subir une intervention médicale dans les prochains jours a décidé la Belgique à réitérer sa demande de rapatriement pour raisons humanitaires, a précisé Bart Ouvry à l'Agence Belga. (SLE)


Pour en savoir un peu plus et soutenir ceux qui se battent depuis des années pour sa libération voici quelques liens
http://www.afdbelgium.org/afd/
http://www.facebook.com/group.php?gid=110675412307204&v=wall

http://www.afdbelgium.org/afd/index.php?option=com_petitions&view=petition&id=110

http://www.discriminator.be/?p=2691

http://www.dailymotion.com/video/xepuei_affaire-oussama-atar-emprisonne-en_news

http://observatoire.skynetblogs.be/archive/2010/10/09/rassemblement-oussama-atar.html

http://www.youtube.com/watch?v=ntUA2heWc34









Quel est le talon d'Achille de Georges Frêche ?

Quel est le talon d'Achille de Georges Frêche ?

dimanche 24 octobre 2010

Adieu Georges Frêche : mort à 72 ans ce dimanche

Celui qui détestait les curés, les Noirs, les Juifs, les Arabes, les Musulmans mais qui était en admiration pour Israël est mort aujourd'hui à 72 ans. Le président de la Région Languedoc Roussillon a succombé à une crise cardiaque. Personnage craint et détesté, il a su règner d'une main de fer la région Languedoc Roussillon, banni du parti socialiste, il a réussi le tour de force de réunir autour de lui la pseudo gauche pour contrer la droite. Spécialiste des coups de gueules et des gros titres dans les médias, il avit réussi à se mettre à dos à la fois la droite parce qu'il se disait de gauche et la gauche pour sa manière cavalière de diriger, pour ses amitiés avec Sarkozy et pour son soutien inconditionnel à l'état d'Israël dont la politique d'apartheïd mobilise les militants pro palestiniens . Il n'y aura pas beaucoup de gens pour le pleurer à part les spécialistes en larmes de crocodile.Hé là ça y est depuis tout à l'heure. Chacun y va de sa petite larme même ses pires adversaires qu'il a trainé dans la boue. Je ne comprendrai jamais rien à la politique et ses mystères. 
voici un extrait vidéo capté il y a quelques minutes qui en dit long sur le personnage et l'hypocrisie ambiante









Aujourd'hui, les plus critiques à l'encontre de sa politique étaient les gens de droite
Les gens dits de gauche lui pardonnent presque tout ce qu'il a dit en terme de dérapage

Et pourtant, on le félicite pour avoir fait de Montpellier un ville rayonnante oubliant les dettes accumulées par la ville. un lien où on reste ébahi par les hommages ici

Une journée comme une autre

Alors que les humanitaires du convoi viva palestina 5 sont encore à Gaza mais pas pour longtemps à échanger avec la population gazaouite qui subit depuis des années un blocus implaccable de la part à la fois des Israéliens et des Egyptiens pour avoir surtout voté pour la "mauvaise" tendance politique, il ne faut pas oublié que la population palestinienne totue entière subit le joug sioniste qu'elel soit à Gaza ou dans les territoires qui dépendent de la soi-disante autorité palestinienne représentée par Mahmoud Abbas dont le mandat est échu depuis binetôt 1 an. je cotinuerai à parler de Gaza parce que c'est dans cette région que la situation est critique mais je n'oublierai pas les autres palestiniens à la merci d'un attentat israélien, d'un raid de colons ou d'une descente de l'armée israélienne à tout moment en tout point du pseudo territoire libre palestinien.
L'actualité est tellement chargée qu'on fini vite par oublier que ça dure depuis plus de 60 ans. Les sionistes jouent sur l'usure des esprits et ne ratent pas une occasion d'enfoncer  le clou à travers la chair en usant des armes de destruction massive les plus impittoyables provoquant les institutions internationales, s'appuyant sur des collaborateurs à travers le monde et c'est dans un tel contexte que le peuple palestinen se bat pour sa survie et que j'ai décidé, il y a déjà bien des années d'épouser sa cause jusqu'à la mort.

Alors ne soyez pas étonnés que de temps en temps même si certains pensent que c'est souvent je relate des évènements passés ou présents.
Aujourd'hui je parlerai de Naplouse et de l'opération" hiver chaud" qui a débuté fin février 2007 .


Comment l’armée israélienne traite la population de Naplouse.

Samedi 3 mars 2007 , proposé par Mehr Licht


Mercredi, j’ai passé la journée dans une prison israélienne. Comme vous le savez, Naplouse et principalement la Vieille Ville, subit maintenant l’opération israélienne "Hiver Chaud". L’opération a commencé dimanche, s’est poursuivie lundi, elle s’est arrêtée mardi et a repris hier. Hier, c’était le tour de notre quartier (le quartier d’Al-qariown) dans la Vieille Ville.

Quand ils nous ont pris, ils n’ont même pas regardé nos papiers d’identité. » Par J.



Naplouse - 02-03-2007


Les femmes et les vieux d’un côté...

Ils sont arrivés vers 3h du matin, ils ont dit à toutes les familles de sortir de leurs maisons, même les femmes, les bébés et les personnes âgées.

Après être restés pendant plus de 6 heures sans nourriture et même sans chaises, les soldats ont dit que les femmes, les enfants et les hommes de plus de 30 ans pouvaient rentrer chez eux, et ils nous ont gardé, nous les jeunes.

Ils nous ont mis des bandeaux sur les yeux, et ils nous ont attaché les mains dans le dos avec des liens en plastique très douloureux.


Après cela, ils nous ont emmené dans plusieurs magasins de la rue qu’ils avaient ouvert, saccagé et converti en prisons.

Nous sommes restés là pendant demi-heure, et ensuite nous avons dû monter de nombreux escaliers et passer par des passages jusqu’à une pièce inutilisée et très sale, tellement pleine de saleté que même des animaux n’auraient pas pû y rester.


Alors que nous avançions, j’étais le dernier des prisonniers, j’ai été empoigné par un soldat qui m’a guidé parce que je ne pouvais rien voir. Puis deux autres soldats sont arrivés et ils ont commencé à me frapper dans le dos avec leurs armes ! (J’avais toujours les mains menottées et un masque sur les yeux).

Ils nous ont gardé là pendant 7 heures (jusqu’à 10h du matin), avec interdiction d’aller aux WC et quand nous avons demandé de la nourriture, ils ont apporté du pain, l’ont jeté à terre, et ils ont dit : "C’est de la nourriture, mangez-la comme vous voulez". Ils ont demandé à ce que nous mangions comme des animaux, mais nous avons refusé, et nous sommes rester sans manger.


A 16h, ils nous ont emmené jusqu’à un véhicule militaire israélien, assez grand pour 4 personnes (à l’intérieur, l’un des prisonniers qui s’était débrouillé pour enlever son masque a vu qu’il était écrit en Hébreu : Nombre maximum de personnes : 6) mais nous étions 22 ! ! ! ! ! !

Ce fût le pire moment de la journée : Nous étions entassés les uns sur les autres et ils nous ont promené dans plusieurs rues jusqu’à ce qu’ils décident de nous emmener à la base militaire de Huwwara. Nous y sommes arrivés à 17h30 et au bout d’un moment, ils ont décidé de nous garder à l’intérieur d’une pièce.


Il y avait 6 lits dans la pièce mais nous étions 22.

Comme nous avions vraiment faim, nous avons dit à l’armée que nous avions vraiment faim, et 3 heures plus tard, ils nous ont apporté des repas pour 3 personnes. Nous avons partagé entre nous le petit morceau de pain et le riz, nous avions vraiment très peu chacun et nous avons dû manger le riz avec nos mains, sans cuillères.


A 21h, nous avons décidé de dormir, parce que nous ne nous attendions pas à être libérés cette nuit. Nous avons dormi à trois personnes par lit, deux de pied en cap et le troisième dans le reste du lit, et les quatre autres ont dû dormir par terre bien que le sol n’était pas approprié. Nous avions chacun une couverture mais il n’y avait pas d’oreiller donc nous avons utilisé nos chaussures

Il n’est pas possible que 22 personnes se taisent immédiatement, donc nous avons continué à discuter. Je fûs le dernier à m’endormir vers 22h.

A 22h30, un soldat a cogné très fort contre la porte et il nous a dit que nous allions aux "Renseignements" (je ne suis pas sûr du mot mais ce sont des renseignements militaires comme la CIA).

Ils nous ont encore bandés les yeux et menotté, ils nous ont mis dans un véhicule de l’armée qui a effectué une courte distance, puis ils nous ont fait sortir.

Là, nous avons été reçus par des soldats très mauvais qui nous ont demandé de nous asseoir sur le sol pendant environ 30 minutes avant qu’un militant des droits de l’homme demande aux soldats d’enlever nos masques et de délier nos mains. C’est à ce moment que nous avons découvert que nous étions dans un grand terrain entouré de fils barbelés.

A minuit et demi, ils nous ont emmenés un par un voir le colonel des renseignements.


Pendant la période d’attente, nous avons demandé des couvertures ou quelque chose pour nous couvrir mais ils ont refusé.

Quand ce fût mon tour d’aller voir le colonel, j’ai été fouillé, même mes chaussures et mes chaussettes ont été fouillées avec des machines de technologie de pointe !

Quand je suis entré dans le bureau, ils ont juste posé des questions ordinaires et ils ont essayé de persuader chacun d’entre nous d’espionner pour eux. Mais ce qui m’a mis le plus en colère, c’est que nous avions très froid, la température était de moins de 8 degrés, et la pièce du colonel était équipée d’air conditionné.


Ensuite et comme prévu puisque je n’avais rien fait contre eux, ils m’ont renvoyé dans le même véhicule pour nous emmener quelque part, je ne sais pas où (encore masqués et menottés).

Le véhicule s’est déplacé pendant 3 minutes et ils nous ont ordonné de sortir, ils nous ont enlevé les masques, couper les liens et ils ont dit : "C’est le checkpoint de Huwwara" (je pense que vous le connaissez bien) et ils était 1h30 du matin.

Check-point à Hébron


Nous avons franchi le checkpoint et plusieurs de mes amis ont dit : "C’est la seule fois que nous venons à Huwwara et que nous le passions rapidement."


Nous avons frappé à la porte de la première maison après le checkpoint pour appeler les services de secours palestiniens qui sont venus avec deux autobus et nous ont ramenés à la maison.


Je suis arrivé à la maison à 2h du matin pour trouver mes parents qui attendaient et mes petits frères Ahmad (12 ans) et Abdulqader (5 ans) toujours en pleurs, et ma soeur était avec nos voisins.

Je veux juste vous dire que, quand ils nous ont pris dans la rue, ils n’ont pas même regardé nos cartes d’identité pour vérifier si nous étions recherchés ou non.


Je prie Dieu de ne jamais me retrouver dans cette situation

Source : http: //www.palsolidarity.org/main/

Ci-dessous, des liens vers plusieurs vidéos des 3 jours d’invasion.


Il s’agit d’une co-production de Research Journalism Initiative (RJI) et “a-films”, un collectif de réalisateurs membres des Anarchistes.


http://www.youtube.com/watch ?v=sXxFVlUKsiA







samedi 23 octobre 2010

Taguieff veut "écraser la tête" de Stéphane Hessel

« Quand un serpent venimeux est doté de bonne conscience, comme le nommé Hessel, il est compréhensible qu’on ait envie de lui écraser la tête »

On lit ce genre de propos tenu par un intellectuel pro sioniste et après on se demande pourquoi les gens se lachent. On se demande pourquoi on brûle des Mosquées. On se demande pourquoi certains illuminés passent à l'acte.
On parle de liberté d'expression, le droit à la calomnie et plus personne, même pas Stéphane Hessel ancien ambassadeur de France, ancien déporté et rédacteur de la déclaration universelle des droits de l'Homme

De tels propos insultants et indignes tenus par Pierre-André Taguieff, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’IEP de Paris, ne peuvent qu'attiser la haine


La Nakba racontée par un Palestinien qui l'a vécue :partie III

La 3éme et dernière partie de l'interview du vieux monsieur de 83 ans, palestinien natif de Haifa, docker en 47 48 et qui raconte ses souvenirs de la bataille de Haifa à la quelle il a participé; cette vidéo sera retraduite intégralement d'arabe en français le plus rapidement possiblle; CL. G.


La Nakba racontée par un Palestinien qui l'a vécue :partie II

La 2ème partie de l'interview d'un vieux palestinien de 83 ans, natif de Haifa, docker en 47 48 sur le port de Haifa et ayant participé à la bataille de Haifa entre eux et les groupes armés juifs, début 48;


la vidéo sera retraduite intégralement d'arabe en français le plus rapidement possible; cl g
 

La Nakba racontée par un Palestinien qui l'a vécue :partie I

Un palestinien de 83 ans, interviewé dans son petit atelier sur le port de Latakia en Syrie, natif de Haifa docker sur ce port en 47 48 qui raconte ses souvenirs de la bataille d'Haifa entre les dockers arabes et les groupes armés juifs début 48 ; première partie de 3; ces vidéos seront retraduites de l'arabe au français le plus rapidement possible; bien entendu cet homme prote une opinion qui lui est propre et elle est respectable; cl g


Viva Palestina 5: nouvelles du jour

Vendredi 23 Octobre minuit

Désolé mais mon net book est tombé en panne cet après midi après avoir envoyé sur daylimotion 4 vidéos sur les 14 en attente depuis Latakia ;

Résumé :

Nous sommes arrivés à Gaza strip frontière vers 17h hier après-midi, Jeudi 21 Octobre vers 17h ;

Le matin nous sommes partis de l’hôtel Swiss à Al Arich vers 11 heures, avons récupéré les véhicules au port de Al Arich, puis avons pris la route à 2 chaussée pour Rafah gate ; nous avons franchi la frontière dans la foulée et sommes arrivés sur le grand parking de la frontière de Gaza strip vers 15 heures 30 ;

Accueil super, de nombreuses personnes, congratulations multiples et pour moi premier contact avec mes 2 collègues de ISM Gaza ;

- France 2 était présent ; amusant non ?

- Discours, embrassades, certains se sont agenouillés pour poser leur front sur le goudron, prière du soir et vers 18h nous repartons pour faire les 25 derniers kilomètres du 5ème convoi de Viva Palestina ;

Ces 25 kilomètres là je ne les oublierai jamais : un mélange d’émotions très forte devant cette immense foule qui s’est massée de par et d’autre de la route, une foule avec beaucoup d’enfants

- savez vous que 80% de la population de Gaza a moins de 20 ans ?

des enfants qui bougent, qui traversent la route alors que nous roulons dans la nuit avec un trafic très important , des voitures qui doublent à gauche, à droite, qui bouchonnent, qui freinent au dernier moment, les triporteurs qui doublent en passant sur les talus à droite

- non je ne suis pas venu à Gaza pour écraser un enfant, attention je ne dois pas écraser un enfant

émotions et angoisse permanente d’un accident routier ;

mais au final, tout s’est bien passé et tout le convoi arrive à Gaza sans le moindre incident !

foule, foule immense, parking fermé, arrêt du moteur , stop ! c’est fini …

on prend les bagages et le bus pour aller à l’hôtel et dormir ; c’est l’hôtel Palestine, le même que quand je suis venu en Juin 2009 avec des amis de Haute Loire ;

ce matin, vendredi 22 Octobre, 10h départ en excursion officielle, au programme le camp de Djaballiah, mais d’abord la visite des destructions ;


Au bout d’un kilomètre je profite d’un arrêt non prévu pour sauter hors du bus, je ne pouvais rien filmer, j’engueule le type de la sécurité qui voulait me faire remonter dans le bus, je fonce vers le pick up des soldats, demande au chef la permission de monter à l’arrière et il dit … oui !

- magie du canon XL2, il est beau, il fait pro, et l’époque est vraiment à la « médiatisation » ;

bref je ferai toute l’excursion sur le plateau du pick up, arrimé au sol par 2 soldats sympa et compatissants , et ainsi je tourne des impacts de balle et de rocket un peu partout, sur l’école du camp entre autre, la frontière israélienne , eh oui Gaza strip est étroite à certains moments, mais elle est reconnaissable à l’immense pylône rouge qui doit être un relais de communication, et les soldats me le répètent , les juifs sont là, c’est delà que les juifs sont venus quand ils ont attaqués ;

- j’imagine l’angoisse permanente des gens qui habitent dans ce camp sous le feu possible des israéliens ; j’exagère ? on va en reparler …

- ah oui, si un jour vous devez acheter un véhicule à Gaza, évitez les pick up de l’armée, à mon avis les plaquettes doivent faire 5000 kilomètres et les disques doivent être morts à 20 000 … ils en ont eu du boulot les 2 soldats pour que je ne me vautre pas dans la poussière ;

13 heures, c’est l’heure du bon repas au bord de la mer, on nous offre des casquettes, un tee shirt, puis à la fin, monsieur Ismael Haniyeh arrive, c’est l’heure des discours qui commence…

Je trouve un pretexte pour rentrer à l’hotel, et j’envoie mes vidéos en attendant mes 2 collègues de ISM – Gaza, Addie et Vittorio ;

- Addie est un jeune anglais de Manchester qui vit à Gaza depuis quelques années

- Vittorio est un bel italien qui vit lui aussi à Gaza ;

- Et en les attendant je vais discuter avec C… , qui vit elle à Rafah depuis 5 mois, qui écrit un livre et est aussi journaliste, et qui va me raconter plein de choses très intéressantes sur la vie au quotidien ici à Gaza Strip ;

- Et puis A… arrive, une photographe indépendante qui survit elle à Bethleem depuis 7 ans en faisant des missions ponctuelles pour l’UNWRA, dont une mission dans un camp ici à Gaza ;

Voila j’ai beaucoup écouté, questionné, fait préciser et j’ai appris en 5 heures de temps beaucoup de choses sur la réalité de Gaza, sur la vie quotidienne ici à Gaza ;

Je n’ai pas envie d’attaquer ici et maintenant une synthèse de tout ce que j’ai appris, d’abord parce qu’il est une heure du matin et que je suis fatigué et ensuite parce que j’ai envie de vous faire partager d’abord les dangers quotidiens de la vie à Gaza ;

Et ici vivre est dangereux, au premier sens du terme ;

Grâce à des fous furieux criminels , dans l’impunité totale vous pouvez perdre la vie, d’une balle de sniper, vous pouvez devenir infirme le restant de votre vie comme ce journaliste qui est venu nous remercier sur son petit fauteuil roulant , les 2 jambes en moins fauchées alors qu’il exerçait son métier par un tir de char, ou ce jeune homme qui est venu me demander dans le hall de l’hôtel de rencontrer un médecin du convoi par ce qu’il a dans le cou des éclats de schnarpel qui lui tordent la bouche et lui provoquent des tressaillements permanents …

Voila je remercie ici chaleuresement A… et C… qui m’ont beaucoup appris sur la vie ici, à Gaza et j’enchaine en disant que Addie et Vittorio sont 2 types formidables qui en plus des activités humanitaires quotidiennes qu’ils ménent, s’impliquent aussi dans des manifestations beaucoup plus et immédiatement dangereuses ;

Demain, je vous raconterai les buffer zones, les 3 miles des pécheurs, et je vous parlerai aussi des tunnels et de leur importance dans la vie de ce petit territoire, des F16 ces avions utilisés pour tuer n’importe où et à n’importe quel moment, et pourquoi pas du prix des voitures ici à Gaza ;

Bonne nuit, cordialement, amicalement, bises, cl g

enseigne Carrefour: je boycotte

Cela fait bientôt 1 an que je n'ai plus mis les pieds dan une enseigne Carrefour. Il paraît qu'au niveau judic iaire, on essaye de découragerles appels au boycott des produits étiquetés made Israël. Produits pouvant provenir des colonies sionistes implantées dans les territoires Palestiniens. Les sionistes israéliens  occupent les Terres Palestiniennes illégalement et exploitent pour le compte de l'Etat d'Israël et contrairement aux textes internationaux ces mêmes Terres; Israël bénéfice de déductions importantes de taxtes douanières et en fait profiter ses colonies contrairent aux textes européens. Aujourd'hui ceux qui revendiquent justice et traçabilité des produits en provenance des colonies et qui le font en resect du droit àl'expression libre sans user d'une quelconque violence sont pourchassés tels des délinquants. En certains lieux, la justice s'abat impittoyablement sur les conseils du gouvernement sarkozien aligné sur les thèses iraéliennes. C'est ainsi qu'à bordeaux, le juge ne veut rien savoir et pour un autocollant collé sur une bouteille de jus de fruits qui appelle au boycott des produits en provenance d'Israël  crie au racisme.
Nous sommes nombreux à avoir décidé de continuer à dénoncer l'état criminel israélien et tant pis si on doit passer devant les juges. Ce texte est une introduction à une décision de justice qui est tombée concernant mon amie Sakina de Bordeaux.
L'enseigne carrefour à capitaux 'en partie" israéliens a décidé de se porter partie civile pour cette étiquette. C'est la raison pour laquele je boycotte Carrefour et j'appelle tous les citoyens épris de paix et de justice d'en faire de même. 

Voici la décision de justice 
Sans surprise, le tribunal de Bordeaux a confirmé ce vendredi en appel la condamnation scandaleuse de Sakina Arnaud en première instance, pour avoir collé un autocollant "Boycott Israel Apartheid" sur une bouteille de jus d'orange dans le magasin Carrefour de Mérignac.



Un pourvoi en cassation vient d'être aussitôt déposé par ses avocats.



Toutes les personnes présentes au procès le 24 septembre avaient pu constater, dès les premières minutes de l'audience le parti pris de la présidente du tribunal qui n'avait pas pris la peine de cacher son écoute privilégiée des parties civiles. Tous les juges ne sont pas indépendants, malheureusement, on le sait. Les consignes du gouvernement ont donc été suivies, le parquet se permettant y compris des réflexions déplacées à l'encontre de la prévenue lors de l'audience en appel. On avait également eu droit à des interrogations de la plus mauvaise foi concernant la signification de l'inscription figurant sur l'autocollant, pour savoir qui pratiquait l' "apartheid" et si la tache rouge qui se trouvait sur le code barre 729 voulait dire qu'il fallait faire couler le sang des Israéliens !



Ceux qui sont censés dire la loi confondent souvent l'ordre établi et la justice. L'article 24 de la loi du 29 juillet 1881, qui réprime les "discriminations envers une personne ou un groupe de personnes en raison de son appartenance à une religion, une ethnie, une nation" a ainsi été interprété par ce tribunal dans le sens souhaité par Mme Alliot Marie et Monsieur Hortefeux, qui défendent la colonisation israélienne et ses représentants en France.



Ceux qui discriminent les Palestiniens depuis plus de 60 ans, les expulsent, les massacrent, les colonisent, les torturent, ont le soutien des dirigeants français. On le savait. Ces derniers voudraient que leur collaboration avec le terrorisme d'Etat israélien soit cautionné par l'ensemble de la population. Mais ce n'est pas le cas. Les gens de conscience, qui n'ont pas l'intention de laisser étrangler le peuple palestinien, qui souhaitent faire respecter les droits de l'Homme et le droit international, poursuivront leurs actions non violentes visant à faire payer à l'occupant le prix de l'occupation.

La Cour de cassation devra certes trancher. La messe n'est pas dite, y compris sur le plan judiciaire. Mais, quoi qu'il en soit, la loi ne rimant pas toujours avec les principes d'éthique universelle, comme on peut le constater dans différents domaines, aujourd'hui comme par le passé, le boycott de l'occupant israélien est plus que jamais à l'ordre du jour.

vendredi 22 octobre 2010

2 ans de prison ferme pour avoir mangé en cachette: pas bien ça

J'ai été estomaqué hier en apprenant la décison de justice concernant un individu qui sur dénonciation avait été appréhendé par la police pour avoir mangé en cachette en plein Ramadhan. 2 ans de prison et ferme et 1000 euros d'amende pour seul crime, sa libeté de décider s'il faut manger ou pas selon son âme et conscience. Même si cette décison n'engage pas l'Etat algérien, il serait bon une fospour toute que l'Etat ne se mêle pas de comment les gens doivent croire ou ne pas croire et que ce n'est pas à l'Etat ou à quelconque individu de s'interférer entre Dieu et l'être humain. que l'etat soit garant de la liberté de religion, cela suppose aussi qu'il soit garant de la liberté de ne pas croire et que cette liberté soit aussi respectée.
Autant personnelement, je n'aime pas les provocations de certains anti musulmans qui en plein ramadhan narguent les croyants, autant je considère qu'un individu est dans son droit de ne pas faire le ramadhan  quel que soit le motif du moment où il ne fait pas de la provocation gratuite et il est du devoir des autorités algériennes de permettre à eux qui le désirent de ne pas faire le Ramadhan et que ls choses soient claires,je le dis et je le pense en tant que Musulman qui ne se contente pas d'hériter de ce titre mais qui vit son Islam de manière discrète mais réelle.
Lire l'article suivant pour plus de précision : ici

Papa, tu auras une retraite de combien ?

Aucun de mes enfants ne m'a posé cette question et s'ils se décidaient à la poser, je serai bien en difficulté pour leur donner un nombre. en réalité, j'en ai rien à cirer pour la simple raison que j'ai décidé de travailler jusqu'à que mort s'en suive. J'en ai rien à cirer de cettte "putain" de retraite qu'ils se la mettent là où ils veulent. Tant pis si on me rackette tous les jours, je n'ai pas envie de faire comme certains qui à peine entrer dans le marché du travail commencent à compter leurs points retraite et passer des week end entiers au lieu de profiter du temps présent à compter le mobre d'anées ou de jours quand ce n'est pas d'heures et de minutes pour arriver à cette retraite qu'ils semblent espérer depuis qu'ils sont nés. c'est incroyable ça. Le malheur dans tout ça, c'est qu'une fois à la retraite, ils se font chier à mourir et regrettent le bon vieux temps sans se rendre compte qu'il leur est passé sous le nez. 
Certainsen relisant vont me trouver bien cruel. Dans ce cas désolé mais pour faire ublier mon texte, je vous invite plutôt à visionner la suite. vous ne serez pas déçu.


jeudi 21 octobre 2010

A qui appartient la France ?

J'ai envie de me la poser depuis que la tension  au sein des autorités françaises monte à un niveau où on est en train de virer pas au rouge mais à l'extrême droite . Hortefeux a ouvert la danse, il y a quelques mois suivant le chemin tracé par Sarkozy qui n'a fait que reprendre le discours populiste de l'extrême droite.
Il y a une dérive dans le discours qui inquiète et qui fait que d'autres se permettent ouvertement aujourd'hui de laisser libre leur état d'âme sans prendre des gants. C'est ainsi qu'on peu se permettre aujourd'hui d'utiliser des expressions racistes sur des chaînes publiques en pensant que c'est normal. Bien sûr , beaucoup ont protesté mais le mal est fait et on va droit au mur en fabriquant  du communautarisme bourré d'antagonisme sur la base d'un relent de racisme.
A Lyon, hier Hortefeux à la langue bien pendue qui depuis qu'il est ministre de l'intérieur n'a pas cessé de jeter de l'huile sur le feux  en a encore rajouté en parlant de ceux à qui appartient la France et de ceux à qui la France n'appartient pas.  Peut être faudrait il lui rappelé que  La France qui fait partie de la planète Terre n'appartient à personne qu'à elle-même et que sur  cette Terre , nous ne sommes que de passage.



Court metrage DOUBLE FACE
envoyé par art-tension-officiel. - L'info internationale vidéo.

mardi 19 octobre 2010

Crise ou révolution

Le projet sur la retraite est en passe de se transformer en une grave crise de confiance à un moment où l'activité économique est sensée tournée au maximum de ses capacités. Depuis hier, la situation semble se dégrader terriblement avec une présence plus active des eunes et l'entrée dans le mouvement mais pour d'autres raisons des casseurs. Que ce soit à Nantes, Paris ou Lyon, les dégâts sont considérables et la menace de pénurie d'essence ne fait qu'accentuer la crainte du blocage de l'ensemble de l'activité économique.

A qui la faut. A l'intransigeance de Sarkozy qui ne veut rien lacher ou aux grévistes   qui veulent le beurre, l'argent du beurre et la fernière ou tout simplement à un ras le bol qui masque mal les faits. Les jours à venir vont être décisifs d'autant plus si  la pénurie s'installe.
Moi cette situation m'a insipiré ce virtuel échange entre Sarkozy, Fillon et Carla

Sarkozy à Fillon:  Que se passe t-il dans la rue, je vois beaucoup de monde.
Sarkozy à Carla: Regarde Carla à travers la fenêtre, ils te font signe

Sarkozy à Fillon: Mais qu'ont ils. A t'on gagné  une médaille d'or
Fillon: non monsieur le président, c'est la REVOLUTION.
Sarkozy à fillon: Mais de quelle révolution, vous parlez

et Carla à côté tenant la main de son chéri avec un sexy sourire de renchérir:

Youp la la, c'est la fête à la bastille,
allons cueillir des myrtilles
et offrir des lentilles

Sarkozy à Fillon et à Carla: cassez vous pauvres cons, cassez vous
 
 
 

Le droit de rêver

Tous les Palestiniens, toute la société palestinienne dans toutes ses tranches ont goûté aux souffrances causées par l’occupation israélienne. Mêmes les enfants n’y échappent. Tout au contraire, les occupants israéliens font tout pour les perturber, les étouffer, les déraciner et déraciner leurs rêves d’une patrie libre et à eux.

L’adolescent Hicham Ahmed Ismaël Issa en fait partie. Il est enfermé dans les prisons israéliennes. Les occupants israéliens l’ont privé de son enfance, de son école, de sa famille. Cet adolescent de seize ans, les soldats israéliens ont attaqué sa maison familiale pour le prendre en captivité et le condamner à une prison ferme de deux ans. Ainsi, il rejoint ses deux frères Qassam et Hossam, enfermés derrière les barreaux de l’occupation israélienne.

L’arrestation

Hicham affirme que le moment de l’arrestation est un des plus difficiles de sa vie : « C’est à deux heures et demie du matin, le 31 décembre 2008, que les forces israéliennes d'occupation ont investi notre maison, au moment où notre village d’Abou Chakhim, sous préfecture de Ramallah, souffrait d’un froid très dur ».

« A cette heure-là, ajoute-t-il, les soldats israéliens ont commencé à frapper la porte de la maison et à crier à tue-tête. Faute de toute réponse, ils ont frappé les fenêtres et fait des bruits qui ont choqué les enfants. Et dès qu’on a ouvert la porte, les soldats sont entrés et ont dévasté la maison, avant de me bander les yeux, de m’enchaîner et de m’emmener vers une direction inconnue. »

« En arrivant, continue-t-il, je me retrouve devant un officier de renseignements. Ils m’ont mis dans une position impossible (Al-Chabah) pour m’interroger, sous une pluie d’insultes et de gros mots. Ils ont réussi à me mettre dans un état psychologique très difficile. »

Trois frères captifs

Hicham parle du chef d’accusation que les occupants israéliens lui ont adressé. « J’ai découvert qu’ils m’accusent de "Tentative d’écraser un soldat sioniste avec la voiture". Une accusation étonnante, j’étais petit et ne conduisais pas. Je ne sais d’où les occupations tiraient une telle accusation ».

L’état psychique de Hicham s’est empiré encore plus, après son transfert dans la prison des adolescents. Cette prison est dirigée par des hommes inhumains ne faisant usage que de la force et de l’insulte.

Le captif adolescent souffre beaucoup quand il se rappelle de ses deux frères qui sont aussi en captivité. Il pense à sa famille, à sa mère et surtout à son père malade. Ce n’est pas facile pour un père malade et sans travail de voir ses garçons emprisonnés.

« La famille, dit-il avec un grand soupir, n’a plus de ressource. »

Volonté de l’homme

Hicham ne pensait pas qu’un jeune de son âge pouvait être enfermé dans les prisons construites normalement pour les criminels.

Il n’aime pas cette situation : « J’aime l’école, j’aime mes études, mes copains. J’aime jouer avec eux, partir dans des voyages collectifs. J’aimais la vie, mon enfance, avant le jour maudit où les occupation israélienne m’ont interdit mon enfance et mon éducation ».

A son étonnement, Hicham découvre un grand nombre d’adolescents enfermés dans les prisons israéliennes : « Certains d’entre eux sont beaucoup moins âgés que moi ».

Et avec la volonté d’un homme, Hicham dit que l’ennemi sioniste veut faire de nous des esclaves : « Ils veulent nous priver de notre liberté et de notre terre. Rien, rien, ils n’auront rien. Moi et mes frères, malgré ce qui se passe, nous ne baisserons jamais les bras ». « Nous serons le pont qui mènera à la liberté et à la dignité. »

Enfin, Hicham conclut ses propos en disant : « Notre patrie a besoin d’hommes. Et nous sommes les hommes qui se redressent contre les agressions de l’ennemi. Nous ne laisserons tomber pas même tomber une graine de la terre de notre bien-aimée Palestine ».

sources: http://www.palestine-info.cc/fr/

lundi 18 octobre 2010

Quelle mouche a piqué Bertrand Delanoé

C'et en lisant un article du progrès que j'ai décidé d'en faire un. Il est difficile de rester silencieux quand des apprentis journalistes écrivent de articles pouvant dénaturer un évènement.

Ce qui aurait dû être une simple rencontre entre Bertrand Delanoé, invité par le maire de Bourg en Bresse  M. Jean-François Debat et des militants socialistes a tourné à la confrontation verbale entre militants pro palestiniens et le maire de Paris. Cette réunion se tenait dans le cadre de la rentrée du parti socialiste à Bourg en Bresse. Elle devait tourner autour d'une discussion au sujet des retraites et aussi de propositions du parti socialiste avec à l'horizon et bien en vue l'élection présidentielle. Le directeur de la MJC ne voulait pas de cette réunion à caractère politique au sein de cet établissement et il l'avait fait savoir. Bertrand Delanoé était déchaîné usant de la langue de bois et de formules faciles pour répondre aux remarques de ceux qui sont intervenus pendant son discours donnant ainsi le la à un public composé essentiellement de militants du Parti socialiste venus écouter la belle parole et ensuite fair main basse  sur le buffet qui était prévu en fin de discours. Pour défendre ses positions, il s'est appuyé sur les éternels clichés en considérant qu'il faisait beaucoup pour la Palestine, qu'il fallait partager cet région entre les deux peuples sans préciser ce que représentait le peuple israélien. Est il sur la même longueur d'ondes que les dirigeants israéliens qui parlent d'un état juif pour un peuple juif niant l'exitence de centaines de milliers d'habitants en Israël qui ne sont pas Juifs ou considère t'il le peuple israélien comme un peuple varié dont la seule identité est l'appartenance à l'état d'israël. quand Monsieur Delanoé parle d'Israël, de quel Israël parle t-il de celui rêvé par les ultra sionstes ou de celui défini par les textes de l'Onu. Il ne s'agit pas pour Monsieur Delanoé d'entretenir le doute pour faire plaisir à ses amis sionistes électeurs à Paris. Et on ne règle pasles problèmes en tentant un jeu d'équilibriste entre les faucins sionistes et les victimes palestiniennes. 
Je trouve honteux de la part du maire de Paris de compenser l'attribution d'une esplanade à un homme, premier chef d'état israélien qui ne parlait des Palestiniens qu'en terme oduriers et un écrivain palestinien qui ne s'est toujours exprimé qu'avec la plume pour défendre la cause de son peuple.
Ensuite osez faire un parallèle entre un soldat israélien prisonnier du Hamas qu'il considére comme un Français ôtage du Hamas, c'est se foutre de la gueule des gens. Ce soldat israélien, il n'a pas expliqué pourquoi il en a fait  citoyen d'honneur de la ville de Paris. Est ce rendre service à la paix entre israéliens et Palestiniens que d'honnorer un inividu qui a fait le choix des armes quand d'autres font le choix de la paix. Et n'oublions pas que Delanoé avait même honoré d'autres soldats prisonniers de la rsistance libanaise avant de retirer les portraits. si Monsieur Delanoé veut rendre service à la paix qu'il fasse travailler les organisations qui militent en Israël et en Palestine dans ce but.  
Vous allez me dire qu'est ce que moi Vaudais et après, la veille, avoir déja fait un aller retour Vaulx-en-Velin Pontoise 1200 km tout de même pour soutenir Alima Boumedienne Thierry et Omar Slaouti dans le cadre d'un procès qu'un certain Samy Ghoslan du BNVCA leurs avaient intenté et qui s'est terminé par une victoire des prévenus.  Hé bien, j'avais appris par la presse que Bertrand Delanoé allait se déplacer à Bourg en Bresse pour rencontrer des militants et là je m'étais dit qu'il y aura certainement un échange avec le public autour d'un verre et que ça pourrait être l'occasion avec lui d'évoquer des sujets qui fâchent comme le BDS et aussi et surtout Salah Hamouri. N'oublions pas que sa maman qui est aujourd'hui à Jerusalem est native de Bourg en Bresse.


Au bout du compte , il n'y eu aucun débat, Delanoé après avoir réussi tout de même à cracher son discours démagogue sur les retraites et avoir tenté de se rattraper sur ses propos à l'emporte pièce sur les militants pro palestiniens qui l'ont plus qu'agâcé, il s'est dépêché de vite quitter les lieux par une porte dérobée en trouvant le temps de dédicacer un de ses livres mais sans goûter au buffet préparé pour l'occasion sur lequel les invités qui semblaient peu intéressés par le débat ont foncé dessus. Et c'est sur un fond de musique gitane que j'ai quitté les lieux en essayant d'interroger quelques invités et élus sur les incidents du débat et ce qe faisait la mairie pour Salah Hamouri.
C'était amusant d'entendre une personne du public de mettre ces "incidents" sur le compte d'une action sarkozienne et de désigner tous les maghrébins ' très peu nombreux" comme els auteurs de cette opération commando. Une élue d'origine maghrébine Nadia Ouled-Salem déléguée au  commerce, à l'artisannat et à l'animation m'expliqua sans trop rentrer dans les détails que la ville faisait tout ce qu'elle pouvait pour Salah Hamouri. que tous les premiers vendredi de chaque moi, un message passait sur le mur d'information de la mairie et qu'à chaque anniversaire de Salah, des cartes étaient envoyées par centaines. elle ne put me répondre sur l pourquoi ne pas nomer Salah Hamouri citoyen de la ville alors que d'autres l'avaient fait. Il est vrai qu'il aurait fallu que je m'adresse au maire ou à l'adjoint chargé de la solidarité internationale; Le premier était parti accompagné le maire et le second était PRG et pas socialiste. Il n'empêche que le premier vendredi de chaque mois se présente comme une opportunité de mener une action d'information devant la mairie de Bourg en Bresse; Avis aux amateurs
Pour ceux qui ignorent qui est Salah Hamouri , voici un lien http://www.salah-hamouri.fr/
et le seul article trouvé sur le site de la marie de Bourg en Bresse date de décembre 2008 . C'était quelques jours avant les massacres de Gaza http://www.bourgenbresse.fr/article/articleview/2530/1/336/






vendredi 15 octobre 2010

Procès d'Alima Boumediene-Thierry et Omar Slaouti

Ce procès à l'encontre des 2 militants des actions de BDS ' boycott , désinvestissements, sanctions' ont été relaxés des chefs d'accusantion portés à leur encontre. Il s'agit d'une importante victoire très bien accueillie hier.

mercredi 13 octobre 2010

Azra to Gaza: Ship Ahoy

Azra to Gaza: Ship Ahoy: "Alhamdulillah. Its official. Kevin just announced that Egypt has given the go ahead for us to sail to Al Arish. All 150 vehicles & 400 volun..."

Appel à la solidarité

Un blog, s'est fait pour exprimer ses états d'âme, commenter l'information qui circule à travers de nombreux filtres mais ça sert aussi pour émettre des messages d'appel au secours. Ces appels sont toujours délicats à analyser. Il y atellement eu d'anarque, d'escrocs de tout genre qui abusent de la générosité de nous tous qu'on finit par adopter une attitude de rejet alors que ça ne doit pas être le cas.
J'ai pris la peine d'analyser cet appel. si j'ai décidéde le relayer c'est parce que j'ai senti beaucoup de sincérité dans la voix de la responsable de cette association ACEM qui n'a pas voulu fermer les yeux sur le malheur qui frappe une femme algérienne qui je ne sais par quel miracle s'est retrouvée à Paris enceinte et avec un enfant en bas âge. Cette femme en raison de l'avancement de sa grossesse n'est pas autorisée à prendre l'avion. n'a pas les moyens de se faire hospitaliser et il y a encore 2 jours s'était retrouvée dans la rue.
alors je vous invite à bien écouter cette vidéo et faire parler votre coeur

Adresse où joindre l'aide
Association ACEM
30 rue Titon
75011 Paris

un tél: 06 30 76 91 54.

et un lien vidéo http://www.youtube.com/user/Arsoulinacera#p/a/u/2/gQb_bSVlF4E