samedi 23 avril 2011

Observons Une minute de Silence à la Mémoire de Ahmed Kerroumi

Droits réservés
Disparu depuis le 19 avril 2011, c'est son corps qu'on vient de retrouver à Oran au siège du MDS dont il était membre. Le MDS (Mouvement Démocratique et Social) est en effervescence et tous ceux qui se battent poour la démocratie en Algérie;
Agé de 53 ans, Ahmed Kerroumi était enseignant universitaire, militant du MDS et membre de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) d’Oran. Présent sur les lieux, un journaliste d'El Watan a confirmé cette information qui a fait le tour de la toile provoquant ainsi l'indignation de tous les internautes Algériens.

D'après ElWatan, Oran est sous le choc. La disparition, pendant la matinée du mardi 19 avril, du professeur Ahmed Kerroumi a viré finalement au drame. Le corps inanimé de ce militant du MDS et membre de la CNCD a été retrouvé torturé mutilé et brûler, à Oran, samedi vers 13 H, lorsqu'un militant du MDS s'est rendu au local de son parti pour récupérer le cachet du MDS.


Pour le moment, nous ignorons toujours si le cadavre d'Ahmed Kerroumi comporte des traces de violence qui prouvent qu'il a été assassiné. Les services de la Police sont arrivés sur les lieux et les le président du bureau du MDS à Oran, Kateb Said, n'a fait pour le moment aucune déclaration.


A 15 H 00, la confusion est à son comble devant le local du MDS à Oran. Mais, notre correspondant à Oran a appris que la voiture du défunt Ahmed Kerroumi n'a toujours pas été retrouvée par les enquêteurs de la Police. Par ailleurs, aucune trace d'effraction n'a été constatée au bureau du MDS où a été retrouvé le cadavre du militant et enseignant universitaire Ahmed Kerroumi

Une minute de silence est prévue partout dans le monde entre 20h et 21 h dans le cadre d'un évènement facebook : ici . Nous vous donnerons de plus amples informations concernant l'enquête en cours. Il s'agit d'un drame mais pour le moment, nous n'avons aucune raison sur les motifs de sa mort.


video
Au moment de sa disparition une vidéo avait circulé sur youtube pour essayé de le retrouver. 


Un grand militant de la cause démocratique :(article extrait du journal El Watan du 24 avril)

Le Pr Ahmed Kerroumi était un militant politique de la première heure, au service des luttes démocratiques et sociales. Tous ceux qui l’ont côtoyé gardent de lui le souvenir d’un homme d’une grande gentillesse, avenant, affable. Il était également connu pour la grande fermeté dans ses engagements.
Ayant exercé pendant de longues années dans l’enseignement secondaire, en qualité de professeur de philosophie, Ahmed Kerroumi était connu pour avoir été un syndicaliste acharné, qui s’est de tout temps battu corps et âme pour défendre les droits de ses collègues. Après le secondaire, il a intégré l’université, en qualité de professeur en méthodologie, dans la branche de l’information et de la communication.
Son parcours de militant politique a débuté au début des années 1980, où il avait adhéré au PAGS, avant de prolonger son combat aux côtés du parti Ettahadi, et ensuite le MDS, et ce, jusqu’à aujourd’hui.

Fils d’une lignée d’imams, féru de culture islamique, connaissant parfaitement le texte sacré, avec toutes ses exégèses, Ahmed Kerroumi est également un brillant orateur, connu pour être un arabisant progressiste, dont les idées sont aux antipodes de l’obscurantisme.
Il était également très écouté dans les grands débats culturels et identitaires, auxquels il avait souvent participé à Oran.
Sa tragique disparition laisse un grand vide dans le cœur de ses amis et de sa famille, et de ses étudiants, qui voyaient en lui un militant toujours à l’écoute de l’autre, et cela jusqu’au jour de sa mort.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

http://www.dna-algerie.com/politique/l-epouse-d-ahmed-keroumi-a-dna-c-est-sur-que-mon-mari-a-ete-enleve-2

Anonyme a dit…

Disparu mardi dernier, Ahmed Kerroumi, professeur d’université et militant de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) a été retrouvé mort samedi vers 13 h dans le bureau du MDS à Oran. Son corps a été retrouvé par un militant de ce parti politique venu pour récupérer un cachet. Il avait aussitôt alerté la police qui a entamé l’enquête sur cette mort mystérieuse.

Le corps du professeur Kerroumi a été transféré à la morgue de l’hôpital d’Oran dans un climat pesant, en présence d’une grande foule, composée de ses amis, de militants des
droits de l’homme et de journalistes.

D’après sa femme, le téléphone mobile du défunt est resté ouvert jusqu’à jeudi dernier à 17 h. « Jeudi à 17 h, son téléphone sonnait encore. Puis, il s’est éteint », a‑t‑elle précisé à TSA. Rien n’a filtré sur l’enquête ouverte par la police criminelle. « Une enquête a été ouverte. La police criminelle, le procureur de la République et la police scientifique se sont rendus sur les lieux de la découverte du corps », a indiqué un haut responsable de la police, interrogé par TSA. « L'enquête est en cours, on ne peut rien dire encore sur les circonstances de la disparition, puis de la mort du Pr Kerroumi », a‑t‑il ajouté.
Mais la piste d’un enlèvement suivie d’un assassinat semble être privilégiée par ses proches. Des voisins du défunt affirment avoir remarque la présence d’une voiture étrangère à la cité aux premières heures de la matinée précédant la disparition du professeur Kerroumi. « Il y avait deux personnes dans cette voiture qui n’est plus revenue après la disparition du défunt » », a précisé un voisin à TSA. Le professeur Kerroumi était‑il suivi et ciblé à cause de ses activités politiques ? Mystère.

Autre élément intriguant dans cette affaire : l’appel reçu mardi vers midi par le professeur Kerroumi d’une personne lui demandant de venir la récupérer près de l’Ensep, sur la route d’Es Senia au sud‑est de la ville d’Oran. « Le Professeur était au Crasc. Il a dit à ses collègues qu’il devait sortir pour récupérer quelqu’un. Depuis, il n’est plus revenu ! » témoigne un ami du professeur.

Pour sa part, la femme du Pr erroumi a indiqué que le jour de la disparition, son mari s’était levé normalement. Elle a affirmé n’avoir remarqué aucun comportement douteux. Le militant du MDS qui a découvert le corps du défunt allongé par terre a affirmé de son côté qu’il n’y avait aucune odeur cadavérique dans le bureau, ni signe d’infraction. Le Pr Kerroumi avait en fait un double de la clé du bureau du MDS, situé dans le quartier populaire de Plateau (centre d’Oran).

La disparition du Pr Kerroumi est intervenue quelques jours après la visite à Oran du rapporteur de l'ONU pour les droits de l'Homme, Frank la Rue. Les deux hommes ont eu des entretiens sur la situation des droits de l'homme en Algérie. La police a fait preuve de lenteurs incompréhensibles dans le traitement de la disparition de M. Kerroumi.
Maroc le: 23.04.2011
M.TEFFAHI

Anonyme a dit…

C'est hier 24 avril au moment de la prière du a3sr qu'a été enterré le Professeur Ahmed Kerroumi. Ce fut un raz de marée humain : femmes, hommes, jeunes, enfants ont pris d'assaut le petit immeuble où il habitait. Tous les voisins ont ouvert leur maison ; c'était la queue dans la cage d'escaliers de ce bâtiment minable où habitent les enseignants algériens, pour entrer au salon embrasser Khadidja. Des centaines sont venus malgré la pluie battante et malgré la boue qu'il fallait traverser pour accéder aux escaliers de l'immeuble. Parce que dans la Cité des enseignants de Haï Khemisti à Oran, il n'y a pas de route d'accès. Depuis la nouvelle de l'assassinat du Ostad (Professeur), des anonymes en parlent, tout Oran en parle et pourtant c'était un homme très discret, hacham ; il avait de l'éducation, de la culture, de l'humanisme. Quand il vous serrait la main, il baissait la tête en signe de respect et de dévotion. Qui aurait pu en vouloir à ce Monsieur tant respecté et tant aimé ?

Son enterrement a été grandiose à la mesure de tout le savoir qu'il avait emmagasiné dans sa tête qui repose maintenant en terre.

Depuis le moment où le corps du Professeur Ahmed Kerroumi a été retrouvé le 23 avril à 13H dans le local de son parti, le MDS, le ciel d'Oran pleure, pleure. Il ne s'est arrêté de pleurer que le temps de sa mise en terre. Pour reprendre par la suite sa litanie. Le ciel d'Oran pleure comme nos coeurs.

Courage Khadidja, nous sommes dans la peine avec toi. "HASSBI ALLAH OUA NI3MAL WAKIL"

A Oran le 25 avril 2011

Mme Raja Alloula mart Essba3 ta3 Wahran

Tahar, coeur de lyon a dit…

http://www.elwatan.com/actualite/le-pr-kerroumi-retrouve-mort-au-siege-du-mds-a-oran-24-04-2011-121777_109.php

extrait de l'article datant du 24 avril

La police scientifique est arrivée sur les lieux et a aussitôt procédé à recueillir d’éventuels indices pouvant renseigner sur les circonstances de la mort. Cette triste affaire comporte beaucoup de zones d’ombre. Tout d’abord, il faut savoir qu’il n’a pas été constaté de trace d’effraction sur la porte du siège du MDS. Seulement cinq militants de ce parti possèdent la clé de leur local, parmi eux feu Pr Kerroumi. Le militant qui a découvert la dépouille, choqué et bouleversé, n’a pas eu la force d’observer de près la dépouille du défunt.


Aussi, on ne dispose pas d’éléments pouvant orienter vers la piste de l’assassinat, de l’accident ou d’un ennui mortel de santé. Kateb Saïd, représentant du MDS à Oran, a déclaré, lors d’une conférence de presse improvisée, que «le militant qui a découvert le corps n’a pas constaté d’odeur cadavérique».
Ce qui laisserait entendre que la victime peut ne pas être décédé le jour ou le lendemain de sa disparition. L’information a été en tout cas divulguée avec des pincettes, et sans aller dans le détail, sans doute afin de ne pas gêner le travail de la police. Mais pourquoi n’avait-on pas cherché le disparu, depuis mardi dernier, au siège du parti ? Pour Kateb Saïd, la raison en est toute simple : les militants du MDS ont une réunion hebdomadaire, qui se tient seulement les lundis.


Si le militant qui a découvert le cadavre s’est rendu au local hier, ce n’est que pour récupérer le cachet, et cela afin de diffuser un communiqué, concernant justement la disparition de Ahmed Kerroumi.
Après que la police scientifique eut fini son travail, le corps du Pr Kerroumi a été transporté à la morgue pour y subir une autopsie afin de déterminer les causes du décès.
Le trouble entoure cette affaire qui a mis en émoi la ville d’Oran, particulièrement les milieux militants où le défunt était connu pour son engagement. Ces milieux qui exigent aujourd’hui que toute la lumière soit faite sur les circonstances du décès.

Anonyme a dit…

http://www.elwatan.com//actualite/oran-une-marche-silencieuse-a-la-memoire-de-kerroumi-empechee-par-la-police-30-04-2011-122613_109.php